Accéder au contenu principal

"La Chine fait de plus en plus partie de l'avenir du Brésil", dit Bolsonaro

Publicité

Brasilia (AFP)

La Chine fait "de plus en plus partie de l'avenir" du Brésil, a déclaré mercredi le président Jair Bolsonaro, en souhaitant renforcer les relations commerciales avec Pékin, en marge du sommet des Brics à Brasilia.

"Nous voulons non seulement augmenter, mais aussi diversifier nos relations commerciales", a ajouté le chef d'Etat d'extrême droite brésilien , à l'issue d'une rencontre bilatérale avec son homologue communiste chinois Xi Jinping, auquel tout l'oppose sur le plan idéologique.

Ce sommet des Brics regroupe les grandes puissances émergentes: le Brésil la Chine, la Russie, l'Inde et l'Afrique du sud.

Il se tient dans un contexte de guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, et Jair Bolsonaro doit jouer les équilibristes, entre son souci de renforcer le commerce avec le géant asiatique et de ne pas froisser son principal allié sur la scène internationale, les Etats-Unis.

L'an dernier, il s'était attiré les foudres de Pékin en accusant durant sa campagne la Chine de vouloir "acheter le Brésil". Mais la situation est tout autre désormais.

Xi Jinping a évoqué mercredi un "avenir prometteur" pour des relations commerciales entre la Chine et le Brésil, avec "une confiance mutuelle accrue".

La Chine est le premier partenaire commercial du Brésil, qui y exporte massivement du soja, de la viande et du minerai de fer.

Les deux pays ont signé mercredi une série d'accords, notamment sur les transports, l'exportation de fruits brésiliens vers la Chine et la facilitation d'investissements chinois au Brésil.

Pékin a déjà effectivement investi ou promis d'investir 102 milliards de dollars au Brésil de 2007 à 2018, d'abord dans les matières premières, puis l'industrie, la finance, l'énergie et les infrastructures, selon le Conseil des entreprises Brésil-Chine.

Xi Jinping a donné un autre gage au gouvernement Bolsonaro en assurant avoir "confiance en la capacité du Brésil" de préserver l'Amazonie.

Visiblement satisfait de ce soutien alors que sa politique environnementale est critiquée de toutes parts, Jair Bolsonaro a tenu à remercier la Chine d'avoir "défendu la souveraineté du Brésil sur l'Amazonie".

"C'est un geste de grandeur qui nous a donné beaucoup de force. Nous vous serons éternellement reconnaissants", a déclaré le président Bolsonaro, épinglé récemment par la communauté internationale pour avoir minimisé l'ampleur des feux de forêt en Amazonie.

Les présidents russe Vladimir Poutine et sud-Africain Cyril Ramaphosa, ainsi que le Premier ministre indien Narendra Modi se trouvent également à Brasilia pour ce sommet.

Une rencontre bilatérale entre les dirigeants de l'Inde et de la Russie a eu lieu mercredi à Brasilia.

"Tous les accords, obtenus lors de nos rencontres précédentes, sont en train d'être mis en place (…), nous sommes en train de réaliser de grands projets bilatéraux dans différents domaines", a déclaré Vladimir Poutine, cité par l'agence publique RIA Novosti.

"Nous avançons à un rythme rapide" dans les relations bilatérales, s'est félicité pour sa part Narendra Modi, selon ses propos traduits en russe.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.