Accéder au contenu principal

Nouvelles frappes israéliennes meurtrières sur la bande de Gaza

Des femmes palestiniennes assises parmi les ruines de leurs maisons détruites par des frappes israéliennes dans le sud de la bande de Gaza, le 13 novembre 2019.
Des femmes palestiniennes assises parmi les ruines de leurs maisons détruites par des frappes israéliennes dans le sud de la bande de Gaza, le 13 novembre 2019. Ibraheem Abu Mustafu, Reuters

Au moins 16 personnes ont été tuées mercredi par des frappes israéliennes sur la bande de Gaza. Israël mène depuis mardi des opérations contre des positions du Jihad islamique dans le territoire palestinien.

Publicité

Le bilan humain des frappes israéliennes sur la bande de Gaza continue d'augmenter. Au moins 16 personnes ont été tuées mercredi 13 novembre dans de nouvelles attaques, selon le ministère de la Santé du territoire palestinien.

Ces frappes portent désormais à 26 le nombre de Palestiniens tués depuis mardi dans des opérations israéliennes contre des positions du Jihad islamique dans la bande de Gaza, selon le dernier bilan du ministère gazoui de la Santé. Au moins 50 personnes ont été blessées depuis mardi, a également indiqué le ministère.

L'aviation israélienne a bombardé mercredi matin des positions du Jihad islamique après de nouveaux tirs de roquettes depuis la bande de Gaza.

Dans les villes israéliennes de Netivot et Ashkelon, les habitants se sont réveillés au son des sirènes d'alerte déclenchées pour prévenir la population locale lors de tirs de roquettes, selon les rapports initiaux de l'armée.

L'armée a fait état de tirs effectifs depuis Gaza et a indiqué dans la foulée que son aviation avait bombardé et touché une unité du Jihad islamique qui avait lancé des roquettes.

Au moins 220 roquettes tirées de Gaza vers Israël

L'armée israélienne avait mené mardi matin une opération ciblée à Gaza contre un haut commandant du Jihad islamique, Baha Abou al-Ata, et son épouse Asma.

Depuis mardi, au moins 220 roquettes ont été tirées de Gaza vers Israël, sans toutefois faire de mort, selon le dernier bilan de l'armée israélienne qui a dit avoir intercepté 90 % de ces projectiles.

Âgé de 41 ans et père de cinq enfants, Baha Abou Al-Ata avait rejoint les rangs du groupe palestinien dans les années 1990 et était son commandant pour le nord de Gaza.

"Il était responsable de plusieurs attaques terroristes, de tirs de roquettes sur l'État d'Israël ces derniers mois et avait l'intention de perpétrer des attaques imminentes", a affirmé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Avec AFP

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.