Hôpital: plusieurs milliers de manifestants à Paris

Paris (AFP) –

Publicité

En blouses blanches et bleues, plusieurs milliers de personnels hospitaliers ont commencé à manifester jeudi en début d'après-midi à Paris pour réclamer un "plan d'urgence" et "faire pression" sur le gouvernement, sommé de "prendre cette crise au sérieux".

"Il est urgent d'agir", "l'hôpital est mort, réanimez-le", "hôpital public en urgence vitale": la gravité des slogans sur les banderoles tranchait avec l'ambiance festive et bon enfant du cortège parti de Port-Royal vers 14H00, a constaté une journaliste de l'AFP.

Fanfare, pétards, sifflets et sirènes pour se faire entendre, fumigènes et "die-in" pour le côté théâtral, les manifestants avançaient en direction des Invalides, en espérant qu'une délégation soit reçue à Matignon en fin de journée.

Une poignée de représentants devait être accueillie au Sénat, selon Oriane Plumet, infirmière à la Pitié-Salpêtrière et vice-présidente du collectif Inter-Urgences.

"Il faut faire pression, montrer notre rapport de force", a-t-elle déclaré à l'AFP, précisant que son collectif tiendrait une assemblée générale à l'hôpital Cochin après la manifestation.

"Il y a des chances pour qu'on appelle à la mobilisation le 5 décembre", a-t-elle ajouté. Plusieurs syndicats dont la CGT et FO appellent à partir de cette date à une grève interprofessionnelle contre la réforme des retraites, qui s'annonce très suivie à la SNCF et la RATP.

Une autre assemblée générale est prévue en même temps à la Pitié-Salpêtrière, où le collectif Inter-Hôpitaux "décidera de la suite du mouvement".

L'emblématique Patrick Pelloux, médecin au Samu de Paris et président de l'Association des urgentistes de France (Amuf) a pour sa part exhorté le gouvernement "à prendre cette crise au sérieux", avertissant que "ça ne va pas s'arrêter comme ça".