Accéder au contenu principal

L'empereur du Japon va rendre grâce à la déesse du soleil

Publicité

Tokyo (AFP)

Le nouvel empereur du Japon Naruhito va effectuer jeudi un rituel sophistiqué et secret remontant à 1.300 ans, par lequel il remerciera la déesse du soleil Amaterasu dans le cadre d'une longue série de rites shintoïstes marquant son accession au trône.

Le Daijosai, considéré comme le rite le plus important de la Maison impériale du Japon, intervient trois semaines après la proclamation solennelle de l'accession au trône du Chrysanthème de Naruhito, et il n'a lieu qu'une fois par règne.

Jeudi en fin de journée, l'empereur prendra un bain rituel dans un complexe de bâtiments de bois appelé Daijokyu, qui a été construit spécialement pour l'occasion sur le territoire du palais impérial, au coeur de Tokyo. Puis le souverain s'habillera de vêtements de soie blanche.

La partie la plus importante du rituel est prévue la nuit, dans deux salles. L'empereur offrira du riz nouvellement récolté à Amaterasu, dont la mythologie dit que les empereurs du Japon sont les descendants, ainsi qu'à d'autres divinités.

Il récitera des prières et "partagera" avec la déesse un festin comprenant du saumon, des ormeaux, des jujubes et du millet, le tout accompagné de saké.

L'impératrice Masako, vêtue d'un kimono blanc, priera séparément dans d'autres salles du Daijokyu.

Des membres de la famille impériale et plusieurs centaines d'hôtes, dont le Premier ministre Shinzo Abe, participeront à l'événement dans des pavillons différents. A la différence de la proclamation de l'intronisation du nouvel empereur, aucun étranger ne prend part à ce rite.

L'empereur doit disparaître de la vue de tous une fois qu'il pénétrera dans la principale salle du complexe, éclairée par des torches. Tout au long de la cérémonie, qui durera jusqu'à vendredi à l'aube, il sera juste accompagné d'une dame d'honneur.

Ce rite est mentionné dans des documents historiques remontant au septième siècle, mais il avait été interrompu pendant plus de 200 ans en raison de guerres civiles et de contraintes financières. Il avait repris au 17e siècle.

Le coût du Daijosai, effectué chaque fois qu'un empereur arrive sur le trône, est estimé à 2,7 milliards de yens (22,6 millions d'euros). Cette somme comprend notamment la construction et la destruction du Daijokyu, ainsi que des banquets au palais impérial.

Le Daijokyu est construit sur une surface d'environ 2.700 mètres carrés et est composé d'une trentaine de pavillons au total.

Le rite du Daijosai a été critiqué par certains au Japon en raison de son coût et de son caractère shinto, alors que la Constitution japonaise prévoit la séparation de l'Etat et de la religion.

Le prince Akishino, frère cadet de Naruhito, avait lui-même jeté un pavé dans la mare il y a un an. "Je me demande s'il est correct de financer une chose aussi religieuse avec de l'argent public", avait-il déclaré, ajoutant qu'il avait exprimé son opposition au chef de l'Agence de la maison impériale. "Il ne m'a pas écouté", avait lâché le prince.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.