Accéder au contenu principal

Brest Atlantiques: une flotte rudement éprouvée au tiers de la course

Publicité

Paris (AFP)

Epuisés et malmenés: les marins et leurs bateaux sont sérieusement chahutés par une mer désordonnée au large du Brésil alors qu'ils viennent d'accomplir un tiers de la Brest Atlantiques, course en double pour maxi-trimarans volants Ultim.

"Ce sont les pires conditions depuis le départ, on a l'impression que le bateau va se faire démolir à chaque vague. C'est l'enfer, on maltraite le bateau", a souligné vendredi Yves Le Blévec (Actual Leader), quatrième de cette course, partie le 5 novembre de Brest.

Lors d'une vacation avec le PC course, les navigateurs ont raconté les conditions actuelles éprouvantes, après le premier point de passage obligé à Rio. Poussée à la prudence, la flotte n'avance pas vite pour se diriger vers le 2e point de passage, au Cap (Afrique du sud).

"Ce n'est pas très confortable, on a du mal à se tenir debout", a expliqué Franck Cammas, co-skipper du Maxi Edmond de Rothschild, qui a repris la tête de la course jeudi soir, quelques heures après un stop technique à Salvador de Bahia pour un problème de dérive centrale.

"Ce n'est pas génial, il n'y a pas vraiment de fenêtre pour aller vite vers Cape Town, on subit fortement le vent et la mer de face, c'est très désagréable pour les hommes et les bateaux. On espère que le vent tournera!", veut croire Cammas.

Chez son poursuivant direct, le bateau barré par François Gabart (trimaran Macif), on prend aussi son mal en patience, après une escale technique à Rio pour remplacer le safran de la coque centrale.

"J'imaginais plutôt pleine balle sur une mer plate, parce que lors des deux tours du monde que j'ai pu faire, à chaque fois, on a réussi à faire des runs de vitesse assez impressionnants. J'en ai rêvé ces derniers mois mais malheureusement, ce ne sera pas pour cette fois, il faudra revenir !"

Derrière Gabart, Thomas Coville (Sodebo Ultim 3), troisième, "en a encore gros sur la patate" après avoir dû rebrousser chemin par mesure de sécurité.

Le premier à atteindre le Cap est attendu vers le 22 novembre. Il faudra ensuite 2 semaines pour remonter vers Brest, terme de cette aventure à quatre bateaux.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.