Accéder au contenu principal

Les Chiliens voteront en avril 2020 pour ou contre une révision de la Constitution de Pinochet

Une femme soutient les manifestants à Valparaiso, à une centaine de kilomètres de Santiago, le 14 novembre 2019.
Une femme soutient les manifestants à Valparaiso, à une centaine de kilomètres de Santiago, le 14 novembre 2019. Rodrigo Garrido, Reuters

Le Chili va organiser un référendum en avril 2020 sur une éventuelle révision de la Constitution héritée de la dictature d'Augusto Pinochet, a annoncé le président du Sénat. Le pays est secoué depuis près d'un mois par une violente crise sociale.

Publicité

Les Chiliens seront appelés à décider en avril 2020 s'ils souhaitent ou non réviser la Constitution héritée de la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990). Le président du Sénat, Jaime Quintana, a annoncé vendredi 15 novembre la tenue d'un référendum sur cette question alors que le pays est secoué depuis près d'un mois par une violente crise sociale.

>> À lire : Au Chili, les éborgnés érigés en symbole de la répression

Après plusieurs heures de négociations au Parlement, la coalition gouvernementale et les principaux partis d'opposition ont signé un "Accord pour la paix et la nouvelle Constitution", qui prévoit un référendum comportant deux questions : l'une sur la révision ou non de la Constitution et l'autre, le cas échéant, sur la méthode pour la rédiger, a expliqué Jaime Quintana.

Les Chiliens devront décider si cette tâche doit revenir à une "commission mixte constitutionnelle" ou une "convention ou assemblée constituante".

Les membres de cet organe de rédaction seraient alors choisis en octobre 2020, en même temps que les élections municipales et régionales.

"C'est une réponse de la politique au sens le plus noble du terme, la politique qui pense au Chili, qui prend son destin en main et qui assume ses responsabilités", a affirmé Jaime Quintana, membre du Parti pour la démocratie (opposition de centre-gauche), aux côtés d'autres responsables de partis politiques chiliens, à l'exception du Parti communiste.

"Nous sommes heureux d'avoir pu conclure un accord qui marque une victoire contre la violence", a assuré de son côté Jacqueline van Rysselberghe, présidente de l'Union democratique indépendante (UDI, conservateur), pilier de la coalition soutenant le président Sebastian Piñera.

L'accord est intervenu au sein d'un Congrès où aucun bloc ne dispose d'une majorité des deux tiers nécessaire pour une révision constitutionnelle et après deux mois de contestations populaires violentes qui ont fait 22 morts et des milliers de blessés.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.