Accéder au contenu principal
REPORTAGE

Libye : à Benghazi, la reconstruction passe aussi par les arts

Dans le centre culturel Tanarout, situé à Benghazi, les artistes peuvent à nouveau s'exprimer.
Dans le centre culturel Tanarout, situé à Benghazi, les artistes peuvent à nouveau s'exprimer. France 24

Loin de l'offensive armée menée par le maréchal Haftar sur Tripoli, Benghazi, la deuxième ville du pays, tente de retrouver une vie normale. Les artistes se mobilisent pour apporter leur pierre à la reconstruction de la ville.

Publicité

Depuis le mois d'avril, la guerre fait à nouveau rage en Libye. Les fronts de Tripoli, la capitale, et ceux de Syrte ont été ouverts par les forces du maréchal Khalifa Haftar, qui tente de conquérir tout le pays. Dans l'Est déjà sous son contrôle, à Benghazi, les artistes suivent ce nouveau conflit. Certains en font la promotion, d'autres sont inquiets.

Situé dans un quartier en pleine rénovation de la deuxième ville du pays, le centre culturel Tanarout accueille de jeunes artistes qui peuvent s'exprimer à nouveau. Ouvert en 2015, c'est le seul et unique établissement artistique de Benghazi. La musique, la peinture et l’écriture participent ici au renouveau artistique du pays.

Parmi eux, le jeune Mansour, par exemple, alias Unkown, chante la jeunesse libyenne, une génération perdue, façonnée par la guerre, engluée dans le chômage et la misère.

À voir aussi, les premiers épisodes de notre série de reportages en Libye :

>> Bataille de Tripoli : ces civils libyens qui vivent dans la crainte des bombardements

>> Au cœur des combats pour Tripoli avec une milice de Misrata

>> Exclusif : avec les garde-côtes libyens lors d'une opération de "sauvetage" de migrants

>> Immersion dans la prison de Guernada, où sont détenus des jihadistes

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.