Accéder au contenu principal

L'Allemagne toujours en chantier à six mois de l'Euro-2020

Publicité

Berlin (AFP)

Quadruple championne du monde et triple championne d'Europe, l'Allemagne s'est qualifiée samedi pour l'Euro-2020, où elle arrivera sur la pointe des pieds avec une équipe jeune en pleine construction, aux ambitions forcément limitées.

"Pour le moment, je ne nous vois pas parmi les favoris. L'important, c'est que nous nous rodions collectivement lors des deux matches de mars", a admis Toni Kroos, le champion du monde 2014 aux 96 capes, après la victoire 4-0 samedi contre le faible Belarus.

Le sélectionneur Joachim Löw fait la même analyse: "Cette équipe a de grandes qualités mais plusieurs joueurs ont encore besoin de quelques années pour se développer", estime-t-il.

Sauf que le temps presse pour le coach de 59 ans, qui s'est lancé dans une opération radicale de rajeunissement après les échecs successifs du Mondial-2018 et de la Ligue des Nations, en prenant le risque d'écarter des cadres expérimentés et à peine trentenaires comme Thomas Müller, Mats Hummels, Jérôme Boateng ou Sami Khedira.

Il ne lui restera, après le dernier match de qualification mardi contre l'Irlande du Nord, que deux rencontres amicales avant d'annoncer en mai sa liste élargie des joueurs retenus pour le stage de préparation au tournoi.

- Blessures graves des tauliers -

"C'est trop peu de temps au regard des chantiers encore visibles samedi dans ce processus poussif de rajeunissement", s'inquiète dimanche le magazine Kicker, la Bible du foot allemand: "les absences répétées, et avant tout les blessures graves des joueurs censés être les tauliers du futur, Niklas Süle, Leroy Sané et Antonio Rüdiger, compliquent énormément la recherche d'une équipe-type et la formation d'une hiérarchie".

"D'autres nations, comme la France, l'Angleterre ou les Pays-Bas, ont beaucoup d'avance dans ce domaine sur Löw et sa troupe", conclut Kicker, guère optimiste.

Si les choses tournent mal, Löw pourra toujours invoquer la malchance. En octobre, douze de ses joueurs étaient absents du rassemblement, et plusieurs tauliers potentiels manquent encore cette semaine, dont le capitaine de Dortmund Marco Reus (cheville), le Parisien Julian Draxler (pied), ou le défenseur central de Chelsea Antonio Rüdiger (aine).

Il avait prévu de donner les clés de la défense à Niklas Süle: le colosse de 24 ans du Bayern Munich s'est grièvement blessé au genou et n'est même pas certain d'être de retour pour l'Euro.

Quant à l'attaque, elle est amputée de sa star Leroy Sané. Le feu-follet de Manchester City s'est rompu les ligaments croisés du genou et ne reviendra sans doute pas avant mars.

- Bricolage permanent -

Résultat: Löw bricole en permanence et n'arrive pas à donner du temps de jeu à une "ossature type". Samedi contre le Belarus, l'Allemagne a connu quelques trous d'air derrière et s'est parfois montrée empruntée dans le jeu de transition rapide.

Le match de mardi contre l'Irlande du Nord à Francfort sera une occasion de resserrer les boulons. D'autant que l'enjeu n'est pas nul: une victoire garantirait à la "Mannschaft" la première place du groupe devant les Pays-Bas, et la certitude d'être tête de série lors du tirage au sort de la phase finale le 30 novembre.

Globalement, Joachim Löw est pourtant satisfait de l'état d'esprit de sa jeune troupe: "il était important de montrer le caractère dont nous aurons besoin l'an prochain à l'Euro. Important de ne pas douter de la victoire", a insisté le coach, qui compare souvent son groupe actuel à celui de 2010: troisièmes du Mondial en Afrique du Sud, les jeunes Neuer, Hummels, Özil et autres Boateng débutaient alors une aventure qui allait les mener au titre suprême, quatre ans plus tard au Brésil.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.