Accéder au contenu principal

Bolivie : des parlementaires du MAS occupent le Sénat

Capture écran France 24

Alors que la présidente par intérim a annoncé des élections "transparentes", les partisans d'Evo Morales continuent de se mobiliser pour dénoncer ce qu'ils considèrent comme un coup d'État. Reportage dans le QG de l'ancien président bolivien.

Publicité

Cinq jours après s’être proclamé présidente par intérim de la Bolivie, Jeanine Añez, a annoncé, le 17 novembre, à La Paz la convocation "très vite" d'élections "transparentes". " Elle n'a pas fourni d'autres précisions, mais dit que l'annonce chercherait "à récupérer la crédibilité démocratique de notre pays".

Mais entre le pouvoir qui parle de désescalade et l'ex-président Evo Morales qui évoque des "crimes contre l'humanité", le pays reste scindé en deux. Jeanine Añez a le soutien de l'armée et de la police. Mais contre elle, le mouvement de contestation prend toujours plus d'ampleur dans tout le pays.

Au sein du MAS, le parti du président démissionnaire qui détient la majorité à l’Assemblée, les supporters crient à l’illégitimité du nouveau gouvernement. "Il paraît que le gouvernement veut fermer le Congrès par décret. Qu'est ce qui a le plus de valeur ? Un décret présidentiel ou le vote des gens ? Nous sommes ici parce que les gens nous ont élus !", déclare à France 24 Juana Quispe, députée du Mouvement vers le Socialisme (MAS).

"Ils ont peur d'être suivis"

Plusieurs parlementaires du MAS occupent le Sénat nuit et jour, pour défendre leur législature et par crainte d'être la cible de leurs adversaires politiques. "Ils ont peur d'être suivis à leur domicile et que leurs familles soient menacées", explique Eva Copa, sénatrice du MAS et nouvelle présidente du Sénat. Elle a été élue après une série de démissions de dirigeants pro-Morales

Jeanine Añez, une parlementaire de droite de 52 ans, a accédé à la présidence mardi, en tant que deuxième vice-présidente du Sénat. Evo Morales, qui était le chef de l'État depuis 2006, avait démissionné le dimanche précédent, lâché par l'armée, et s'est ensuite exilé au Mexique.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.