Accéder au contenu principal

Brest Atlantiques: Coup dur pour Coville qui doit s'arrêter au Cap pour réparer

Publicité

Paris (AFP)

Thomas Coville (Sodebo Ultim 3) fera une escale technique au Cap, qu'il devrait atteindre jeudi soir, pour réparer son tout nouveau bateau, endommagé après avoir percuté un OFNI (objet flottant non identifié) au 12e jour de la Brest Atlantiques.

Le maxi-trimaran de 32 m de long, qui faisait route depuis Rio (Brésil) vers l'Afrique du sud, a été endommagé au niveau du safran tribord, qui "a commencé à abîmer la coque qui le soutenait", a indiqué lundi son équipe à terre.

Thomas Coville et son co-skipper Jean-Luc Nélias devraient rejoindre jeudi soir le Cap (Afrique du sud) où une équipe technique les attendra.

"Cela fait cinq jours que nous évoluons dans une mer difficile. On a eu un très gros choc avec quelque chose de très lourd qui a percuté le safran tribord", a raconté Coville.

"Il y a de l'amertume. C'est la première course de Sodebo Ultim 3 et cela tombe au pire moment, on est dans un endroit hostile, la mer est dure. La glissade vers Cape Town était au bout du chemin et on se faisait une joie avec Jean-Luc (Nélias) d’accélérer et de montrer les capacités du bateau. On ne voulait surtout pas casser", a poursuivi le marin.

Coville et Nélias pointent à la 3e place du classement de cette course à quatre, réservée aux maxi-multicoques capables de voler.

Ce bateau est le 3e de la flotte à subir des dommages. Jeudi, celui barré par Franck Cammas et Charles Caudrelier (Maxi Edmond de Rothschild) a fait un stop à Salvador de Bahia (Brésil) pour un problème de dérive centrale, et celui de François Gabart et Gwnénolé Gahinet (Trimaran Macif) s'est arrêté à Rio pour remplacer le safran de la coque centrale.

Partie le 5 novembre, la course est une boucle longue de 14.000 milles nautiques (environ 26.000 km) via Rio et Le Cap. Le vainqueur est attendu à Brest aux alentours du 6-7 décembre.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.