Accéder au contenu principal
REPORTAGE

Des hôpitaux libanais sous perfusion

Les hôpitaux libanais manquent d'argent et de médicaments. Dix d'entre eux ont déjà cessé de traiter les patients atteints de cancer.
Les hôpitaux libanais manquent d'argent et de médicaments. Dix d'entre eux ont déjà cessé de traiter les patients atteints de cancer. Capture d'écran France 24

Alors que la crise politique se poursuit au Liban, les hôpitaux, qui pâtissent déjà de la pénurie de dollars, craignent d'être à court de médicaments. Dix établissements ont cessé de prendre en charge les patients souffrant de pathologies graves.

Publicité

Au Liban, la plupart des hôpitaux sont privés. Certains disposent de matériel dernier cri. Mais la crise politique que connaît le pays depuis plus d’un mois menace leur fonctionnement. C’est le cas, à Tyr, dans le sud du pays, dans l’hôpital où travaille le Dr Ali al-Kouweyes.

Ici, le laboratoire d’analyses marche au ralenti. En raison de la pénurie de dollars que traverse le pays, il ne peut plus être approvisionné. Dans trois semaines, le personnel médical n’aura d’autre choix que d’arrêter les machines d’analyses sanguines.

Les caisses du gouvernement sont vides et le ministère de la Santé fait défaut dans sa prise en charge des patients.

Autre sujet d’inquiétude pour les médecins libanais : la pénurie de médicaments qui se profile. Elle pourrait notamment empêcher les soignants de traiter les malades souffrant de pathologie graves comme les cancers. Dix hôpitaux libanais ont déjà cessé de les prendre en charge.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.