Accéder au contenu principal
LIBYE

Libye : au moins sept civils tués après un raid aérien au sud de Tripoli

Des membres des forces gouvernementales libyennes patrouillent à Ain Zara, à Tripoli en Libye, le 14 octobre 2019.
Des membres des forces gouvernementales libyennes patrouillent à Ain Zara, à Tripoli en Libye, le 14 octobre 2019. Ismail Zitouny, Reuters
2 mn

Deux Libyens et cinq travailleurs étrangers ont péri, lundi, dans une usine frappée par un raid aérien en banlieue sud de Tripoli. Le gouvernement d'union nationale a accusé les Émirats arabes unis d'avoir mené la frappe.

Publicité

La Libye à nouveau frappée par un raid aérien. Au moins sept civils ont été tués, dont cinq travailleurs étrangers, et 30 autres blessés dans un raid, lundi 18 novembre, contre une usine en banlieue sud de Tripoli, a indiqué un porte-parole du ministère de la Santé.

Deux Libyens et cinq travailleurs étrangers, du Bangladesh, d'Égypte et du Niger, ont péri dans une usine fabricant des biscuits, frappée par ce raid dans la région de Wadi Rabi, a indiqué à l'AFP ce même porte-parole.

La banlieue sud de Tripoli est le théâtre de violents combats depuis début avril de l'offensive du maréchal Khalifa Haftar pour s'emparer de la capitale libyenne, siège du gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU.

>> À lire aussi : Plus de 40 civils tués après un raid aérien dans le sud de la Libye

Des conflits fratricides

Les forces loyales au GNA ont accusé sur leur page Facebook "des drones émiratis" d'avoir mené la frappe, en "soutien au criminel de guerre Haftar".  

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est déchirée par des conflits fratricides, mais certaines puissances étrangères sont accusées de mener une guerre par procuration depuis l'offensive lancée par le maréchal Haftar.

Si les Émirats, l'Égypte et l'Arabie saoudite sont accusés de soutenir le maréchal Haftar, le Qatar et la Turquie appuient le GNA. Ces combats ont déjà fait plus de 1 000 morts et 120 000 déplacés depuis avril, selon l'ONU.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.