Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Les colonies israéliennes ne sont pas illégales"

France 24

À la une de la presse, ce mardi 19 novembre, la situation toujours extrêmement tendue à Hong Kong, où les derniers étudiants retranchés dans l'université polytechnique affrontent encore les forces de l'ordre, une nouvelle déclaration polémique de l'administration Trump sur le conflit israélo-palestinien, les manifestations en cours en Irak, et l'odorante affaire du cheval Sésame, en Alsace, dans l'est de la France.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook…

À la une de la presse, la confrontation en cours entre les forces et les derniers étudiants retranchés dans l'université polytechnique de Hong Kong.

D'après The South China Morning Post, une centaine d'étudiants sont toujours barricadés dans l'université. Le journal évoque une "confrontation-marathon" qui a transformé les bâtiments en "champ de bataille". Une confrontation à laquelle Pékin peut décider de mettre fin en autorisant le gouvernement de Hong Kong à négocier avec les protestataires, d'après The South China Morning Post, qui invite les autorités chinoises à faire "le premier pas", au motif que "la stabilité globale de la Chine n'est pas menacée" par le mouvement pro-démocratie de Hong Kong, un territoire qui ne compte que 7 millions d'habitants, sur une population totale de près d'un milliard et demi de personnes. Mais The China Daily n'évoque nulle part un éventuel dialogue, et s'emploie surtout à relayer les appels du gouvernement de Hong Kong, demandant aux éléments "les plus radicaux" de se rendre aux forces de l'ordre. "Le principe du 'un pays, deux systèmes' ne signifie pas le droit d'ignorer la loi", met en garde le journal officiel. The Global Times, lui, s'insurge contre la décision de la Haute cour de Hong Kong de déclarer "inconstitutionnelle" la loi interdisant le port du masque par les manifestants. "La justice de Hong Kong cherche-t-elle à protéger les émeutiers ?" : le journal parle d'une décision "décevante", qui va entraver, selon lui, les opérations de la police "pour rétablir l'ordre".

Le bras de fer entre Hong Kong et Pékin inquiète la presse étrangère. The Financial Times exprime sa préoccupation face à la réaction de la Chine, sur la décision de la justice hongkongaise. "Les attaques de Pékin menacent d'embraser les tensions dans ce territoire où la police fait le siège d'une université depuis trois jours", commente le journal. "Hong Kong transformé en champ de bataille", titre le quotidien allemand Der Tagesspiegel, qui se demande si Berlin "en fait assez", pour soutenir les manifestants prodémocratie de Hong Kong. En France, Le Figaro voit la crise en cours "approcher d'un dangereux point de rupture", en rappelant que "la révolte de Hong Kong constitue un défi intolérable pour (le président chinois Xi Jinping), qui a enfermé plus d'un million de Ouïgours dans des camps de 'rééducation', au nom de 'pensées contaminées' justifiant le déploiement 'des organes de la dictature'".

Beaucoup de réactions également après la déclaration du secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, qui a indiqué ue les États-Unis ne considèraient plus comme illégales les colonies israéliennes de Cisjordanie. Cette annonce fait la une du Jerusalem Post, qui ajoute que l'ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, l'a présentée comme "une avancée pour les efforts de paix", en allant jusqu'à dire qu'Israël avait "le droit" d'annexer "une partie" de la Cisjordanie occupée. "Les déclarations de l'administration Trump ne rendront pas plus légales les colonies que ses déclarations sur Jerusalem ou sur le plateau du Golan" : le quotidien Haaretz rappelle que les colonies installées sur les territoires palestiniens sont jugées illégales par l'ONU, une grande partie de la communauté internationale voyant même en elles un obstacle majeur à la paix. Le quotidien panarabe de Londres, Al Quds Al Araby dénonce "un changement dangereux de la position des États-Unis sur les colonies israéliennes", "une évolution qui tue les espoirs d'un règlement du conflit israélo-palestinien et qui peut être considéré comme un feu vert de Washington à Israël pour annexer les territoires palestiniens".

En Irak, malgré la répression, des milliers de manifestants occupent toujours le centre de Bagdad, pour réclamer un changement démocratique. Ce "printemps irakien en novembre", est l'objet d'un long reportage de Libération, qui se dit saisi par le principal slogan des manifestants : "On veut un pays". "Une revendication à la fois simple et vertigineuse, d'après Libé. Simple au point de rassembler au-delà des clivages communautaires entre sunnites et chiites. Simple au point de vaincre la peur de la répression du régime et de mettre à distance les deux puissances qui ne sont jamais loin du théâtre irakien : les États-Unis et l'Iran. Vertigineuse tant le chemin vers la constitution d'un État libre et indépendant semble pavé d'obstacles."

On se quitte avec une querelle franco-française. Le Figaro fait état de l'une de ces histoires de Clochemerle dont raffolent les Français, qui rappelle un peu celle du coq Maurice, accusé de chanter trop fort. Cette fois, ça se passe en Alsace, dans l'est de la France, et le mis en cause un cheval de labour appelé Sésame, dont les crottins indisposent beaucoup les narines délicates de ses voisins, qui gèrent un gîte pittoresque et qui estiment que les déjections de la bestiole constituent une horrible nuisance. Les maîtres de Sésame, eux, sont des viticulteurs et utilisent ses crottins pour fertiliser leurs vignes. Pas question pour eux, donc, d'empêcher leur cheval de se livrer à ses petites affaires. Tout ce petit monde avait rendez-vous, lundi, au tribunal, qui n'a hélas pas réussi à trancher cette odorante querelle. Un délibéré éventuel est attendu le 13 janvier prochain. Évidemment, on ne manquera pas de vous dire qui de Sésame ou de ses voisins aura le mot de la fin…

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse (du lundi au vendredi, à 7h20 et 9h20 heure de Paris). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.