Accéder au contenu principal

Benjamin Netanyahu mis en examen pour corruption, fraude et abus de confiance

Benjamin Netanyahu, qui expédie les affaires courantes depuis les élections législatives de septembre, est soupçonné d'avoir accepté de façon illicite quelque 265.000 dollars de cadeaux et d'avoir offert des avantages divers en échange d'une couverture plus favorable dans un journal et un site d'information israéliens.
Benjamin Netanyahu, qui expédie les affaires courantes depuis les élections législatives de septembre, est soupçonné d'avoir accepté de façon illicite quelque 265.000 dollars de cadeaux et d'avoir offert des avantages divers en échange d'une couverture plus favorable dans un journal et un site d'information israéliens. Ronen Zvulun/File photo, Reuters

Le procureur général d'Israël a annoncé, jeudi, que le Premier ministre Benjamin Netanyahu, soupçonné de corruption dans différentes affaires, est mis en examen.

Publicité

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a été formellement inculpé, jeudi 21 novembre, pour corruption par le procureur général d'Israël, Avichai Mandelblit.

"Le procureur général Avichaï Mandelblit a décidé d'inculper le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance dans l'affaire 4000", a indiqué le ministère de la Justice dans un communiqué.

En réaction, Benjamin Netanyahu a dénoncé de "fausses accusations motivées par des considérations politiques".

"Tout ceci vise à me faire tomber", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Jérusalem, dans laquelle il a remis en cause l'indépendance de la justice israélienne.

La justice soupçonne Benjamin Netanyahu "d'abus de confiance", de "corruption" et de malversation dans trois affaires différentes, y compris "l'affaire Bezeq"– ou affaire 4000–, la plus sensible pour celui qui est devenu le plus pérenne des Premiers ministres de l'histoire d'Israël, avec 13 ans au pouvoir – dont la dernière décennie sans discontinuer.

Dans le dossier "Bezeq", la justice soupçonne Benjamin Netanyahu d'avoir accordé des faveurs gouvernementales qui pourraient avoir rapporté des millions de dollars au patron de cette société de télécoms, en échange d'une couverture médiatique favorable d'un des médias du groupe, le site Walla.

Une décision aux conséquences politiques

L'annonce du procureur Avichaï Mandelblit, très attendue en Israël, intervient quelques heures à peine après que le président du pays a mandaté le Parlement pour trouver un Premier ministre, Benjamin Netanyahu et son rival Benny Gantz ayant chacun échoué à former un gouvernement dans la foulée des élections de septembre.

La décision du procureur pourrait avoir d'importantes conséquences politiques alors que les parlementaires ont maintenant trois semaines pour trouver un futur Premier ministre, capable de rallier 61 des 120 députés de la Knesset, le Parlement israélien. Cette mise en examen pourrait minimiser les chances de Benjamin Netanyahu de rallier certains députés.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.