Accéder au contenu principal

Angleterre: Tottenham ou les trois chantiers de Mourinho

Publicité

Londres (AFP)

"Je ne peux pas penser arriver et changer les choses en deux ou quatre jours", a déclaré José Mourinho jeudi, mais le nouvel entraîneur de Tottenham sait qu'il doit s'atteler à trois chantiers majeurs, et ce dès samedi contre West Ham en Championnat d'Angleterre.

- (R)allumer le feu -

Témoin de l'effritement des Spurs semaine après semaine comme consultant pour Sky Sports, Mourinho a mis le doigt mercredi sur sa première mission, dans une interview au site du club: redonner au club son âme perdue. "Ce que je peux promettre ? De la passion...", a-t-il lancé.

On ne sait pas qui de Mauricio Pochettino ou de son équipe avait le plus perdu la flamme, mais le licenciement soudain de l'Argentin et la nomination dans la foulée du Portugais visent à montrer que Tottenham n'a aucune intention de redevenir la belle endormie d'il y a quelques années.

Ce choix reste relativement surprenant. Mourinho a tous les travers de "Poche" qui avaient fini par rebuter les joueurs: goût pour les entraînements intensifs et discipline extrême en dehors du terrain. Mais sans le jeu ambitieux et offensif qui avait emballé son effectif pendant cinq ans, une longévité inconnue du pyromane Mourinho.

Un seul critère décidera de toute façon de son succès ou de son échec, sa spécialité, remporter un trophée majeur avec un club qui n'en a plus obtenu depuis 28 ans.

"On ne gagnera pas le championnat cette année. Mais on pourrait - je ne dis pas qu'on va le faire -, on pourrait le gagner l'an prochain", est-il même allé jusqu'à affirmer jeudi en conférence de presse.

- Effectif: la grande lessive ? -

On sait à quel point l'absence de renouvellement de l'effectif londonien cet été a pesé sur le début de saison des Spurs, malgré les arrivées de Tanguy Ndombélé, Giovanni Lo Celso et Ryan Sessegnon.

Un renouvellement inférieur à ce qu'aurait souhaité Pochettino, mais aussi certaines stars qui rêvaient d'ailleurs, comme Christian Eriksen.

"Je n'ai pas besoin de joueurs, je suis content des joueurs que j'ai", a assuré Mourinho.

Il devra pourtant rapidement étudier le cas des joueurs en fin de contrat comme Eriksen, mais aussi les défenseurs belges Jan Vertonghen et Toby Alderweireld, libres de négocier avec d'autres clubs et de signer ailleurs pour la saison prochaine.

L'arrivée du Portugais est aussi un signal d'ambition pour les cadres qui ne se voient pas rester dans un club éternel second, comme l'avant-centre Harry Kane.

En revanche, pour les jeunes pousses, ça se corse: Mourinho est un entraîneur qui apprécie les joueurs confirmés plutôt que des pépites à fort potentiel, il n'a pas le profil de "post-formateur" qu'avait son prédécesseur.

Sachant que la politique de recrutement avait été l'une des causes majeures du désamour entre Manchester United et lui, on est curieux de voir comment se passera le prochain mercato de Tottenham, club habituellement très frileux sur le marché des transferts.

- Montrer qu'il n'est pas fini -

"Ce n'est pas moi l'important, c'est les joueurs", a clamé Mourinho. Mais le Portugais sait qu'il joue aussi gros et va devoir prouver qu'il peut encore être le "Special One", son surnom des belles années à Chelsea.

La Coupe de la Ligue anglaise et la Ligue Europa remportées avec Manchester pèsent bien peu dans le palmarès d'un entraîneur double vainqueur de la Ligue des champions.

Un échec, même relatif, qui l'a amené à une remise en cause, a-t-il assuré.

"Ces 11 mois (depuis le départ des Red Devils) n'ont pas été du temps perdu, j'ai eu le temps d'analyser, de reconsidérer les choses, de me préparer", avant de glisser dans une pirouette dont il a le secret: "Je ne referai pas les mêmes erreurs. J'en ferai de nouvelles."

Prendre une équipe en cours de saison est aussi une quasi-nouveauté pour lui, puisque cela ne lui était arrivé qu'à Porto au tout début de sa carrière.

Lui qui affectionne particulièrement les stages de présaison pour en faire baver ses joueurs, faire le tri dans l'effectif et nouer des liens forts avec quelques cadres, devra cette fois faire immédiatement adhérer l'effectif à ses méthodes et à son jeu... dès samedi contre West Ham.

Programme de la 13e journée (en heure française):

Samedi:

(13h30) West Ham-Tottenham

(16h00) Arsenal-Southampton

Bournemouth-Wolverhamton

Brighton-Leicester

Crystal Palace-Liverpool

Everton-Norwich

Watfor-Burnley

(18h30) Manchester City-Chelsea

Dimanche:

(17h30) Sheffield United-Manchester United

Lundi(21h00) Aston Villa-Newcastle

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.