Accéder au contenu principal

#NousToutes : des dizaines de milliers de manifestants à Paris, de nombreuses personnalités

L'ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem et l'actrice Alexandra Lamy, lors de la manifestation contre les violences sexistes et sexuelles, à Paris le 23 novembre 2019.
L'ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem et l'actrice Alexandra Lamy, lors de la manifestation contre les violences sexistes et sexuelles, à Paris le 23 novembre 2019. Capture d'écran France 24

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi à Paris et dans d'autres villes de France pour dire "stop" aux violences sexistes et sexuelles et aux féminicides. Entre autres personnalités présentes dans le cortège, les actrices Alexandra Lamy et Muriel Robin, ainsi que l'ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem, réclament plus de moyens au gouvernement.

Publicité

La manifestation à l'appel du collectif féministe #NousToutes s'est élancée, samedi 23 novembre, de la place de l'Opéra en direction de celle de la Nation. Plusieurs dizaines de milliers de femmes et d'hommes ont battu le pavé à Paris – 49 000 selon le cabinet Occurrence mandaté par un collectif de médias –, mais aussi dans d'autres villes de France, pour dire "stop" aux violences sexistes et sexuelles.

Selon le collectif féministe #NousToutes, la trentaine de marches organisées en France a rassemblé "150 000 personnes", dont "100 000 à Paris".

"C'est la plus grande marche de l'histoire de France contre les violences" sexistes et sexuelles, s'est félicitée l'une des organisatrices, Caroline De Haas, dans un message transmis aux médias.

Hors Paris, la police ou les préfectures ont dénombré 5 500 manifestants à Lyon, 2 000 à Rennes, 1 650 à Strasbourg et 1 000 à Bordeaux.

"On a besoin d'un milliard d'euros"

Dans la marée violette du cortège parisien se mêlaient anonymes, organisations et partis politiques (Planning familial, CGT, CFDT, EELV, LFI, PS, Unef, PCF, SOS homophobie), mais aussi de nombreuses personnalités parmi lesquelles l'ex-ministre Najat Vallaud-Belkacem. "Il est urgent d'écouter les associations", déclare-t-elle au micro d'Alexandra Renard, journaliste de France 24 présente dans la manifestation. "Quand elles réclament de l'argent, c'est parce qu'elles savent que l'on a besoin de financer des hébergements d'urgence, de l'accompagnement psychologique des femmes et des enfants, on a besoin que la justice soit mieux dotée pour faire avancer les dossiers plus rapidement", ajoute-t-elle.

Constatant la présence de nombreux enfants et jeunes adultes, l'ancienne ministre de l'Éducation nationale – qui a également été ministre des Droits des femmes de 2012 à 2014 –, évoque une "réelle prise de conscience", qui aurait déjà dû avoir lieu en 2017 dans le sillage du mouvement #MeToo. "Ça n'a pas été le cas, c'est pour ça que la rue se saisit de ce problème maintenant pour dire au gouvernement 'on a besoin d'un milliard d'euros', c'est un chiffre qui tient compte de ces victimes, de ces femmes qui meurent et de leurs enfants qui sont à peine suivis psychologiquement ensuite."

À ses côtés, la comédienne Alexandra Lamy participe également à la marche. Dans sa main droite, une pancarte indique "Je te crois, tu n'y es pour rien". "On espère que l'État va donner les moyens pour que les femmes se sentent écoutées, accueillies, et surtout pour leur dire qu'on est là", déclare-t-elle à notre journaliste, avant de rappeler le numéro d'écoute national destiné aux femmes victimes de violences, le 3919.

"La donne est changée parce qu'on est nombreux et nombreuses, mais il faut déjà appliquer la loi", lance quant à elle l'humoriste Muriel Robin. "Le Conseil de l'Europe a pointé la phrase 'Il y a des manquements énormes, des choses qui devraient être faites et qui ne sont pas faites', ajoute-t-elle. Qu'est-ce qu'on nous répond ?"

Celle qui a interprété Jacqueline Sauvage à l'écran réclame des résultats. "Ça tombe tous les deux jours ! Nos sœurs, nos collègues, nos amies, notre mère... Ce n'est plus possible, ce sont des assassinats !"

"On n'est pas encore arrivés au bout"

"C'est un phénomène qui traverse toutes nos sociétés et on est plus ou moins avancés, d'un pays à l'autre, dans la répression de ce phénomène", estime Najat Vallaud-Belkacem. "La France n'est pas la pire en la matière, on a adopté beaucoup de lois qui permettent de mieux protéger ces femmes, mais on n'est pas encore arrivés au bout", ajoute-t-elle, après avoir rappelé qu'à l'échelle mondiale, une femme sur trois est victime de violences physiques et sexuelles.

En France, au moins 116 femmes ont été tuées depuis le début de l'année 2019 par leur conjoint ou ex-conjoint, selon un décompte et une étude au cas par cas menés par l'AFP. Le collectif "Féminicides par compagnons ou ex" a lui dénombré 137 femmes tuées dans un cadre conjugal depuis le 1er janvier.

En 2018, sur toute l'année, le chiffre avait atteint 121 femmes victimes, selon le ministère de l'Intérieur.

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.