Accéder au contenu principal

La Bourse de Paris reste optimiste sur le commerce (+0,33%)

Publicité

Paris (AFP)

La Bourse de Paris continuait de compter lundi en milieu de journée (+0,33%) sur des pistes d'accalmie dans le déroulé des négociations commerciales entre Pékin et Washington.

A 13H30 (12H30 GMT), l'indice CAC 40 progressait de 19,67 points à 5.912,80 points, dans un volume d'échanges de 867,2 millions d'euros. Vendredi, la place parisienne avait fini en légère hausse (+0,20%) à 5.893,13 points.

La cote parisienne, qui a débuté la séance du bon pied, persistait à espérer l'officialisation d'une trêve dans le différend commercial sino-américain.

Wall Street s'apprêtait à ouvrir en légère hausse. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average montait de 0,25%, celui sur l'indice élargi S&P 500 de 0,19% et celui sur le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,29%.

Les marchés américains seront fermés jeudi pour les célébrations de Thanksgiving et la séance sera écourtée vendredi pour le Black Friday.

"Les marchés européens sont en hausse alors que les espoirs d'un accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis ont été ravivés par des signes positifs du côté américain et chinois", souligne David Madden, analyste chez CMC Markets.

Depuis près de deux ans, le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine pèse sur la conjoncture mondiale et les marchés financiers qui persistent à croire à un accord au moins partiel entre les deux plus grandes puissances économiques.

"Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche Robert O'Brien a affirmé qu'il était encore possible qu'un accord commercial de première phase soit conclu avant la fin de l'année. Pékin a annoncé qu'elle renforcerait la législation sur les droits de propriété intellectuelle", précise l'expert.

"La protection de la propriété intellectuelle, point important pour les Etats-Unis dans les négociations, est perçue comme un thème qui pourrait potentiellement faire avancer les discussions", observe-t-il.

Vendredi, le président Donald Trump avait discerné "une très bonne chance de nouer un accord", faisant état sur Fox News d'un accord "potentiellement (dans un horizon) très proche".

Néanmoins, "l'environnement autour de la négociation est complexe et contradictoire (...)", rappelle pour sa part dans une note la Banque Postale Asset Management.

Et "quid de l'échéance du 15 décembre, date à laquelle une nouvelle série de renchérissements des droits de douane sur certaines importations américaines en provenance de Chine doit intervenir, si les deux pays tardent à s'entendre ?", s'interroge la BPAM.

Par ailleurs, la victoire annoncée des candidats pro-démocratie aux élections locales à Hong Kong représente "une humiliation pour Pékin" et "va encourager le mouvement de protestation qui comporte des risques pour les investisseurs", souligne de son côté Neil Wilson chez markets.com.

Seule donnée macroéconomique du jour, le moral des entrepreneurs allemands a légèrement progressé en novembre, conformément aux attentes. Il montre un regain d'optimisme sur la résistance de l'économie allemande aux tensions internationales qui mettent à mal son industrie manufacturière, l'Allemagne ayant échappé de peu à une entrée en récession au troisième trimestre.

- LVMH salué pour le rachat de Tiffany -

Sur le Cac 40, Atos était le mieux orienté (+2,56% à 76,18 euros).

Le secteur de la métallurgie avait aussi le vent en poupe: ArcelorMittal progressait de 2,40% à 15,77 euros, Eramet de 1,98% à 43,14 euros, Aperam de 1,09% à 27,72 euros.

LVMH gagnait 1,24% à 401,15 euros, après avoir approché ses plus hauts niveaux de cours plus tôt dans la matinée, galvanisé par l'officialisation du rachat de Tiffany pour un montant de 16,2 milliards de dollars.

En revanche, Publicis s'effritait de 0,18% à 39,01 euros. Le président du conseil de surveillance Maurice Lévy va prendre en charge la communication et le marketing du groupe américain en difficulté WeWork, en attendant que de nouveaux responsables soit nommés.

Sur l'indice SBF 120, Icade avançait de 1,54% à 89,15 euros après avoir signé une promesse d'acquisition de 19 actifs de maisons médicalisées pour personnes âgées situées en Allemagne, pour un montant de 266 millions d'euros.

FDJ reculait de 1,78% à 22,30 euros après avoir signé un contrat avec la société d'investissement Idinvest Partners afin de racheter l'éditeur de logiciels spécialisés dans les solutions de paiement Bimedia.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.