Accéder au contenu principal

C1: Van Dijk et le Ballon d'Or, un postulant moins fringant

Publicité

Londres (AFP)

Étincelant l'an dernier, Virgil van Dijk pourrait devenir l'un des rares défenseurs lauréats du Ballon d'Or. Mais, moins rayonnant à une semaine de l'attribution, le Néerlandais ne fait pas l'unanimité au-delà de Liverpool, tenant de la Ligue des champions qui accueille Naples mercredi.

"Si vous donnez le Ballon d'Or au meilleur joueur de la saison, c'est à Virgil van Dijk" qu'il faut le donner, a martelé lundi son entraîneur Jürgen Klopp. "Si vous le donnez au meilleur joueur de sa génération, alors il faut le donner à Lionel Messi. C'est comme ça", avait-il ajouté.

Personne ne peut nier l'impact qu'a eu Van Dijk sur les Reds l'an dernier.

Arrivé de Southampton sous le sapin de Klopp, un 27 décembre, pour un montant astronomique de 75 millions de livres (88 M EUR) qui a fait de lui le défenseur le plus cher de l'histoire --jusqu'à Harry Maguire et ses 93 M EUR cet été--, le colosse néerlandais (1,93 m) a largement justifié la dépense.

Il est, par exemple, resté 50 matches de championnat, soit presque un an et demi, de mars 2018 à août 2019, sans perdre un duel au sol face à un attaquant.

- Un biais pro-attaquants -

Vainqueur de la Ligue des champions et meilleur joueur de la finale, battu d'un souffle pour le titre national par Manchester City, finaliste de la Ligue des Nations avec les Pays-Bas, il est aussi de très loin le meilleur joueur à son poste.

Bref, désigné en août joueur de l'année par l'UEFA au nez et à la barbe des éternels Cristiano Ronaldo et Messi, le défenseur semblait partir avec une longueur d'avance avant le vote du Ballon d'Or.

Mais cela suffira-t-il pour être récompensé le 2 décembre ? Par le passé, l'attribution du trophée a souvent ignoré l'adage "les attaquants font vendre des billets mais les défenseurs font gagner des titres" en affichant un biais favorable aux joueurs offensifs.

Quatre Ballons d'Or seulement sont allés à des purs défenseurs: Franz Beckenbauer (1972, 1976), Matthias Sammer (1996) et Fabio Cannavaro (2006). Cinq si on rajoute Lev Yachine (1963), mais les gardiens de but ont plus d'occasions de briller que les défenseurs...

"Est ce que je peux gagner ? On aura la réponse le 2 décembre", avait commenté Van Dijk après l'annonce de sa présence dans la liste finale des nominés. "Je dois continuer à joueur, semaine après semaine, au plus haut niveau", avait-il ajouté.

- Des statistiques en baisse -

Or, si le doute a pu s'instiller, c'est aussi parce que la défense de Liverpool ne paraît plus aussi solide que l'an dernier.

Malgré leur confortable avance en tête du classement, les Reds donnent l'impression de peiner davantage cette année en remportant souvent leurs matches de justesse.

Premier au nombre de matches sans encaisser de but en Premier League l'an dernier (21), Liverpool n'a réussi à préserver sa cage que lors de deux rencontres seulement en 13 journées (seul Tottenham fait pire).

Avec 11 buts encaissés, Liverpool possède la deuxième meilleure défense du championnat, mais cela représente déjà la moitié des buts encaissés l'an dernier alors qu'on n'est qu'au tiers de la saison.

Évidemment, ces chiffres ne sont pas imputables exclusivement à Van Dijk, mais ses statistiques sont à l'unisson: il a déjà commis 6 fautes contre 12 l'an dernier sur toute la saison et le nombre de dégagements effectués est aussi en hausse significative, signe qu'il affiche moins de maîtrise.

Dans un monde idéal, tous ces chiffres n'auraient aucun poids dans le vote qui doit porter sur la saison passée.

Dans la réalité, si on veut voir triompher un défenseur le 2 décembre au soir, il ne reste plus qu'à répéter le mantra de Klopp: "Si vous donnez le Ballon d'Or au meilleur joueur de la saison, c'est à Virgil van Dijk".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.