Accéder au contenu principal

Deux Français venus adopter en Haïti tués par balles à Port-au-Prince

Les locaux de la police nationale haïtienne, lundi 18 février 2019.
Les locaux de la police nationale haïtienne, lundi 18 février 2019. Ivan Alvarado, Reuters

Un couple de Français a été abattu dimanche dans la capitale haïtienne alors qu'il se rendait pour la première fois dans le pays dans le cadre d'une procédure d'adoption. Les circonstances exactes du drame restent floues.

Publicité

Un couple originaire de l'Ardèche a été tué par balles, dimanche 24novembre à Port-au-Prince. Les deux Français venaient d'arriver en Haïti pour adopter un enfant.

La nouvelle a été confirmée à l'AFP par une responsable de l'ambassade de France à Port-au-Prince, sans apporter pour l'instant de précisions sur le lieu exact ou les circonstances du drame. Mais une source a indiqué à l'AFP que le couple avait été tué lors d'un vol à main armée qui a mal tourné.

Haïti s'enfonce un peu plus chaque jour dans une grave crise sociale et politique. Les manifestations à répétition, souvent émaillées de violences, réclament depuis le mois d'août la démission du président Jovenel Moïse et la violence des gangs inquiète la société civile.

"Grande émotion"

Le ministère français des Affaires étrangères a fait part, dans un communiqué, de "sa grande émotion" après le décès de "deux compatriotes en Haïti des suites d'une agression", assurant que l'ambassade de France était "en contact avec les autorités locales pour que toute la lumière soit faite sur ce drame."

Selon deux sources concordantes, le couple était venu sur l'île "pour adopter".
"Le couple avait obtenu son premier agrément en 2013, renouvelé en 2018. Leur voyage était organisé dans le but d'une visite de convivialité, ils ne seraient pas repartis avec l'enfant", a précisé à l'AFP le conseil départemental de l'Ardèche.

Le couple se rendait pour la première fois en Haïti dans le cadre d'une procédure d'adoption gérée depuis trois ans par l'Agence Française de l'Adoption (AFA). Ils devaient rencontrer pour la première fois l'enfant susceptible de leur être confié.

Inscrits sur le site Ariane

"Ils ont fait tout ce qu'il fallait faire en termes de sécurité", a-t-on assuré à l'AFA, en allusion à l'insécurité chronique dans ce pays. Ils s'étaient notamment inscrits sur le site Ariane du Quai d'Orsay, qui permet aux ressortissants français d'enregistrer un voyage touristique, personnel ou professionnel d'une durée de moins de six mois dans un pays étranger.

"On leur a dit qu'un taxi, avec lequel l'AFA travaille, viendrait les chercher, afin qu'ils soient le plus possible en sécurité". "Il les a pris à aéroport pour les conduire là où ils devaient loger."

Avec AFP

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.