Accéder au contenu principal

Foot: Genesio peut conquérir la Chine

Publicité

Pékin (AFP)

Parti de l'OL en juin, Bruno Genesio entame une semaine décisive avec son club de Pékin Guo'an, avec qui il peut devenir le premier technicien français à remporter le championnat de Chine.

Ce serait d'ailleurs le premier titre de champion tout court en tant qu'entraîneur pour le natif de Lyon. Et une revanche pour celui qui a quitté son club de cœur en mauvais termes, détesté d'une partie des supporters malgré de bons résultats.

A deux journées de la fin, le Pékin Guo'an est actuellement deuxième (64 points) du championnat de Super League, à deux unités du Guangzhou Evergrande entraîné par l'ex-international italien et champion du monde Fabio Cannavaro.

Recruté avec pour mission de "remporter le titre", Genesio a donc encore deux matches pour y parvenir: mercredi à 19H35 (11H35 GMT) contre le Guangzhou R&F du Belge Mousa Dembélé, puis dimanche à 15H00 (07H00 GMT) face au Shandong Luneng d'un autre Diable rouge, Marouane Fellaini.

Appelé par les médias chinois "Bulunuo" (prononcer "Boulounouo"), une traduction phonétique de son prénom, l'entraîneur de 53 ans avait suscité le scepticisme à son arrivée fin juillet.

"Le fan moyen de football en Chine n'avait probablement jamais entendu parler de lui. Son nom est peu connu à l'international", déclare à l'AFP Cameron Wilson, fondateur du site internet Wild East Football et spécialiste du ballon rond chinois.

"Bruno qui?", s'interrogeait même le quotidien pékinois Xinjingbao, qui reconnaissait cependant à l'entraîneur une réputation de "formateur de jeunes" et de "révélateur du potentiel des joueurs".

- "Attentes irréalistes" -

Depuis, la presse chinoise loue régulièrement ses "velléités offensives" ou ses "choix tactiques" qui lui permettent d'afficher un bilan satisfaisant après huit rencontres: 5 victoires, 2 défaites, 1 nul.

Bruno Genesio avait pourtant hérité d'une situation compliquée.

Pékin avait gagné les 10 premiers matches du championnat sous son prédécesseur, l'Allemand Roger Schmidt (ex-Bayer Leverkusen)... lequel avait été limogé sans ménagement à la première baisse de forme de l'équipe.

"Cela montre que la direction a des attentes irréalistes", note M. Wilson. Car si le Guo'an se classe régulièrement dans les premiers de Super League (4e l'an passé), il n'a remporté le championnat sous sa forme actuelle qu'une seule fois, en 2009, (pour 6 titres en tout de champion de Chine).

A l'image de l'OL, multiple champion de France dans les années 2000 avant de rentrer dans le rang face au PSG version qatarie, le club pékinois est surclassé depuis 10 ans par des clubs plus dépensiers.

Le Shanghai SIPG (où évoluent Hulk et Oscar), mais surtout le Guangzhou Evergrande (Paulinho) ont ainsi trusté les titres, notamment le deuxième, sextuple champion entre 2011 et 2017.

Genesio a d'ailleurs perdu les matches à domicile face à ces rivaux, "donc il n'a pas encore vraiment gagné le cœur des supporters pékinois", déclare à l'AFP le chroniqueur sportif Jin Shan.

- Peu de chances -

Pékin dispose d'une équipe compétitive, avec l'international brésilien Renato Augusto (13 buts cette saison) et l'ex-joueur congolais du FC Sochaux et de Villarreal Cédric Bakambu (8 buts).

"Cependant, les chances de Guo'an de remporter le titre sont, soyons honnêtes, proches de zéro", estime Cameron Wilson.

La tâche s'annonce effectivement ardue. Lors des deux derniers matches, les hommes de Bruno Genesio affronteront deux équipes solides, tandis que le Guangzhou Evergrande jouera deux formations de bas de tableau.

Autre difficulté: Guo'an doit terminer avec davantage de points que son rival. Car en Chine, ce n'est pas la différence de buts qui départage deux clubs à égalité, mais la confrontation directe aller-retour, que Pékin a perdue.

"Le plus important est de se concentrer sur notre jeu. Il se passera ce qui se passera", a déclaré Genesio, philosophe, lors de la journée précédente, à l'issue du "classico" chinois remporté (2-1) contre le Shanghai Shenhua, l'ex-club de Didier Drogba.

Titre ou pas, le contrat de l'entraîneur français se terminera début décembre. Prolongera-t-il? Rien ne l'indique.

D'autant que selon des informations de presse, Bruno Genesio serait actuellement courtisé par Everton (16e de Premier League), en grande difficulté et qui pourrait lui offrir sa première expérience en Angleterre.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.