Accéder au contenu principal
REPORTAGE

Précarité étudiante en France : "Notre galère, c'est aussi celle de nos familles"

Des dizaines d'étudiants ont manifesté, mardi 26 novembre, pour dénoncer la précarité de leur situation.
Des dizaines d'étudiants ont manifesté, mardi 26 novembre, pour dénoncer la précarité de leur situation. France 24

L’immolation par le feu d’un étudiant, le 8 novembre à Lyon, a mis en lumière la précarité des jeunes suivant des études en France. Mardi 26 novembre, des dizaines de manifestants de l’université Tolbiac, à Paris, ont mené une action dans un restaurant universitaire pour dénoncer leur situation. Reportage.

Publicité

Plus de deux semaines après la tentative d'immolation d'Anas K., des centaines d'étudiants ont manifesté, mardi 26 novembre, pour réclamer des mesures d'urgence face à leurs conditions de vie précaires. Une mobilisation importante à Lyon et plus faible ailleurs.

 Le 8 novembre, Anas K., un étudiant de 22 ans, s'est immolé par le feu devant le siège du Crous à Lyon. Dans un post sur Facebook, il liait son geste à ses difficultés financières.

Anas est désormais dans un état stationnaire dans un service de grands brûlés, avec un risque important d'infections, selon ses proches. 

Vive émotion à Lyon depuis l'immolation d'Anas K.

À Lyon, l'émotion restait vive mardi et 900 étudiants, selon la préfecture, se sont mobilisés. À Rennes, Grenoble, ou Lille, ils étaient 200, selon des journalistes de l'AFP. Et à Toulouse, seulement une quarantaine dans une manifestation non déclarée et rapidement dispersée par les forces de l'ordre.

À Paris, ils étaient des dizaines de manifestants, pour la plupart de l'université de Tolbiac, à s'être rendus dans un restaurant universitaire afin de mobiliser d'autres étudiants sur la précarisation de leur situation, mais aussi de "l'ensemble de la société". 

Le 12 novembre, des rassemblements dans plusieurs villes de France avaient déjà réuni des centaines d'étudiants en colère. Les manifestations s'étaient alors soldées par des incidents comme des cours perturbés. À Paris, une grille d'entrée du ministère de l'Enseignement supérieur avait été arrachée.

Avec AFP
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.