Accéder au contenu principal

Au Sénégal, dernier hommage à Colette Senghor, épouse et muse de l’ancien président

Colette Senghor et son mari en déplacement à Francfort, le 11 novembre 1961.
Colette Senghor et son mari en déplacement à Francfort, le 11 novembre 1961. Wikimedia Commons

Colette Senghor, ancienne première dame du Sénégal et épouse de l'ancien président et chantre de la négritude, Léopold Sédar Senghor, est morte à l'âge de 93 ans dans sa maison de Normandie. Elle a été inhumée jeudi auprès de son mari à Dakar.

Publicité

Les hommages venant d'Afrique et de France se sont multipliés depuis l'annonce de sa mort. L'ancienne Première dame du Sénégal Colette Senghor, épouse de l'ancien président et poète Léopold Sédar Senghor, décédée le 18 novembre à l'âge de 93 ans dans sa demeure familiale à Verson (Calvados), repose désormais auprès du chantre de la négritude.

Après un hommage rendu en présence du président Macky Sall, jeudi 28 novembre, elle a été inhumée au cimetière Bel-Air.

Hommage de Macky Sall et Abdou Diouf

"Élégante et discrète", Colette Senghor était "a toujours veillé et épaulé son mari dans sa vie politique et a été la source de son inspiration dans sa vie artistique", a souligné la commune."J'ai appris avec émotion le rappel à Dieu de Mme Colette Senghor, je rends hommage à la 1ère Première dame du Sénégal, femme discrète et femme de l'ombre de feu le Pdt Léopold S. Senghor. À sa famille, je présente, au nom de la nation, mes condoléances les plus attristées", a pour sa part réagi dans la nuit sur Twitter le président sénégalais, Macky Sall.

Abdou Diouf, successeur de Léopold Sédar Senghor à la présidence de 1981 à 2000, a lui aussi rendu à la poétesse un vibrant hommage. "Je dois dire que je suis peiné du décès de Colette Senghor. C'était une femme merveilleuse à tout point de vue. C'était une femme remarquable. Je dirai même que c'est l'une des plus remarquables Premières dames dans le monde et dans l'histoire", a déclaré l'ancien président, selon Les Échos.

"Muse" et "tendre compagne"

Née le 20 novembre 1925 à Mouzay, dans la Meuse, Colette Senghor, née Hubert, était issue d'une famille de vieille noblesse normande. Elle est devenue la seconde épouse de Léopold Sédar Senghor alors qu'il était député du Sénégal. La jeune femme est présentée au parlementaire africain peu après son divorce d'avec la Guyanaise Ginette Eboué, fille de l'ancien gouverneur du Tchad Félix Éboué. Le président, qui a eu deux enfants en première noce, qualifiera cette union de "mariage par devoir" par opposition à son mariage d'amour avec Colette, de 19 ans sa cadette.

Leur mariage est célébré le 18 octobre 1957. De leur idylle naît l'année suivante un fils, Philippe, qui trouve la mort dans un accident de voiture au Sénégal le 6 juin 1981. Dans  le recueil de poèmes "Lettres d'hivernage", Léopold Sédar Senghor évoque la douleur de la perte de son fils mais consacre aussi une large place à sa "muse" et "tendre compagne.

À partir de 1960, pendant les années de présidence de son mari, Colette s'attache à ne prendre aucune position politique publique, se consacrant entièrement à ses productions poétiques. Quand Senghor quitte le pouvoir, le couple se retrouve fréquemment en Normandie.

Colette Senghor, au chevet de la mémoire du président-poète  

Au décès de son époux en 2001 à Verson, Colette Senghor veille tout particulièrement sur la mémoire de son mari. "Elle a fait en sorte qu'une partie de ses archives soit conservée, notamment, au sein de la salle Djilor dans l'Espace Senghor à Verson", ajoute la commune qui rend chaque année hommage à ce "bel héritage" à travers sa programmation culturelle.

Poète et écrivain, Léopold Sédar Senghor a été un chantre de la négritude, ce mouvement pour la défense des valeurs culturelles du monde noir qu'il a fondé dans les années 1930 avec le Martiniquais Aimé Césaire et le Guyanais Léon-Gontran Damas. Agrégé de grammaire française, il a été le premier Africain membre de l'Académie française.

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.