Accéder au contenu principal

Top 14: Toulon dompte la pluie paloise

Publicité

Pau (AFP)

Toulon, pourtant mal parti au Hameau transformé en bourbier, a gardé la tête froide pour s'imposer logiquement devant Pau 19 à 9, samedi, à l'occasion de la 10e journée de Top 14.

Déjà vainqueur à Agen en ouverture du championnat, le RCT compile une deuxième victoire loin de Mayol qui lui permet d'occuper la 3e place provisoire et de fêter idéalement l’arrivée du champion du monde sud-africain Eben Etzebeth.

Tout n'a pas été simple pour les hommes de Patrice Collazo, qui ont subi pendant vingt minutes -6-0 avec deux pénalités d'Hastoy- avant de se retrouver dans le sillage de ses internationaux qui ont alors fait parler leurs qualités et expérience.

Pour la Section, il s'agit du deuxième revers de la saison à domicile qui contre-balance le bon bilan des Béarnais à l'extérieur. Particulièrement ambitieux sous la pluie battante sans être récompensée, à l'image de plusieurs charges près de la ligne visiteuse, les Palois ont vu leur jeu se dérégler au fil du match, la faute notamment à un jeu au pied inefficace.

Constamment mis sous pression, les hommes de Nicolas Godignon ont alors multiplié les fautes permettant à Belleau d'enquiller les points sur pénalités (6-9, 34e).

Plus réalistes, les Varois ont breaké juste avant la pause grâce à leur recrue italienne Parisse, parfaitement servie en bout de ligne après un décalage né d'un franchissement de Belleau (38e). Une action de double peine pour les locaux qui perdaient temporairement leur capitaine Quentin Lespiaucq-Brettes, sanctionné pour des fautes à répétition.

Après la pause séchage, Pau n'est pas parvenu à faire son retard malgré des changements précoces avec les entrées de Thibault Daubagana à la mêlée et Tom Taylor à l'arrière, censés offrir davantage de garanties dans le jeu au pied.

Rien n'a nourri la révolte, faute de conquête à la hauteur (six ballons égarés en touche) et après une réussite au pied de part et d'autre, plus rien ne sera marqué dans la dernière demi-heure qui a ressemblé à une vraie guerre de tranchées.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.