Accéder au contenu principal

Les Philippines frappées par un typhon, des dizaines de milliers de personnes évacuées

Des habitants observent les dégâts sur leurs maisons causés par le passage du typhon Kammuri à Legazpi aux Philippines, le 2 décembre 2019.
Des habitants observent les dégâts sur leurs maisons causés par le passage du typhon Kammuri à Legazpi aux Philippines, le 2 décembre 2019. Nino Luces, Reuters

Un typhon accompagné de fortes pluies a frappé mardi les Philippines, contraignant les autorités à évacuer quelque 200 000 personnes par crainte de glissements de terrain et d'inondations. Le trafic aérien a été préventivement suspendu et les bâtiments gouvernementaux et établissements scolaires ont été fermés.

Publicité

Le typhon Kammuri et ses rafales dépassant les 200 km/h ont balayé les Philippines, mardi 3 décembre, faisant deux morts. Ces vents violents ont entraîné l'évacuation de dizaines de milliers de personnes et la fermeture de l'aéroport international de Manille. La tempête a touché lundi soir vers 23 h locales (15 h GMT) Sorgoson, dans le sud de Luçon, plus grande île des Philippines, qui compte 49 millions d'habitants.

Le typhon devrait ensuite passer au sud de la capitale, où vivent 13 millions de personnes et qui accueille des milliers d'athlètes pour les Jeux d'Asie du Sud-Est, dont certaines épreuves ont dû être annulées. Il devrait quitter l'archipel mercredi par le nord-ouest.

"Ça semble grave"

Le vent soufflait encore fort mardi, à 150 km/h, avec des rafales allant jusqu'à 205 km/h dans le Nord-Ouest. La tempête est accompagnée d'intenses précipitations.

"Nous sommes encore en train d'évaluer les dégâts mais ça semble grave", a dit Luisito Mendoza, un spécialiste des catastrophes météorologiques présent là où le typhon a atteint les côtes.

"À un certain endroit, le niveau de l'eau a atteint le toit... Nos propres collègues ont été touchés par du verre", a-t-il poursuivi, précisant que le vent avait abattu beaucoup d'arbres et de pylônes électriques.

"Le vent hurle"

Environ 340 000 personnes ont déjà fui leurs habitations dans la région centrale de Bicol, ont indiqué les services d'urgence philippins, et des milliers d'entre elles ont depuis dimanche trouvé refuge dans des écoles et des gymnases.

Dans certaines villes, des écoles ont été fermées et les fonctionnaires invités à ne pas travailler lundi et mardi. Mais des habitants ont toutefois décidé de rester, malgré des vents gagnant en puissance.

"Le vent hurle. Les toits commencent à se plier et j'en ai vu un s'envoler", a raconté à l'AFP une habitante de la région de Bicol, Gladys Castillo Vidal. "Nous avons décidé de rester parce que notre maison de deux étages est en ciment. Avec de la chance, elle pourra résister."

Les services météo redoutent aussi des glissements de terrain et des vagues submersives susceptibles d'atteindre les trois mètres de haut dans les régions côtières les plus affectées.

En raison du vent, l'aéroport international Ninoy Aquino de Manille a été fermé dans la matinée, a annoncé à l'AFP un de ses responsables, Ed Monreal.

Une vingtaine de typhons par an

Les autorités ont indiqué qu'il pourrait rouvrir vers 23 h mardi, mais cela dépendra de la météo. Près de 500 vols ont été annulés et les passagers ont reçu pour consigne de ne pas se rendre à l'aéroport. Bondés en temps normal, ses terminaux étaient presque vides mardi matin.

Les Philippines sont touchées par une vingtaine de tempêtes et typhons en moyenne chaque année, qui font des centaines de morts et contribuent à la pauvreté des populations exposées. Le typhon le plus dévastateur enregistré dans le pays, Haiyan, a fait plus de 7 300 morts et disparus en 2013.

Le typhon a d'ores et déjà perturbé le déroulement des Jeux d'Asie du Sud-Est, dont la cérémonie d'ouverture s'est tenue samedi soir en présence du président Rodrigo Duterte et de la star de la boxe Manny Pacquiao.

Ces Jeux sont prévus jusqu'au 11 décembre dans trois villes de Luçon – Clark, Manille et Subic – avec 56 disciplines représentées et des épreuves prévues sur des dizaines de sites différents.

Avec AFP

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.