Accéder au contenu principal

Primaires démocrates : la sénatrice américaine Kamala Harris abandonne

Kamala Harris lors d'un meeting à Las Vegas, le 17 novembre 2019.
Kamala Harris lors d'un meeting à Las Vegas, le 17 novembre 2019. Carlo Allegri, Reuters

La sénatrice démocrate Kamala Harris, qui voulait devenir la première présidente noire des États-Unis, a annoncé mardi qu'elle abandonnait les primaires démocrates, faute de fonds suffisants pour financer sa campagne.

Publicité

La sénatrice de Californie Kamala Harris a annoncé, mardi 2 décembre, qu'elle se retirait de la primaire démocrate en vue de l'élection présidentielle de novembre prochain aux États-Unis.

"J'ai fait le bilan et considéré la situation sous tous ses angles pour arriver ces derniers jours à l'une des décisions les plus difficiles de ma vie", écrit-elle dans un courriel adressé à ses partisans.

"Ma campagne n'a tout simplement pas les ressources financières nécessaires pour que nous continuions", poursuit-elle. "Je ne suis pas une milliardaire. Je ne peux pas financer ma propre campagne".

Une stagnation dans les sondages

Âgée de 55 ans, l'ex-procureure de Californie était entrée fin janvier dans la course pour décrocher l'investiture démocrate et défier le républicain Donald Trump lors de la présidentielle de novembre 2020.

Après des débuts très remarqués, elle était retombée et stagnait dans les sondages derrière le peloton de tête. Elle venait d'être reléguée à la sixième place (3,4 % selon la moyenne RealClearPolitics) par le milliardaire Michael Bloomberg. C'est l'une des plus grandes personnalités à abandonner la primaire démocrate, qui compte désormais 15 candidats en lice.

Kamala Harris a grandi à Oakland, dans la Californie progressiste des années 1960, fière de la lutte pour les droits civiques de ses parents immigrés: un père jamaïcain professeur d'économie, et une mère indienne aujourd'hui décédée, chercheuse spécialiste du cancer du sein. 

Depuis les débuts de sa carrière, elle accumule les titres de pionnière. Après deux mandats de procureure à San Francisco (2004-2011), elle a été élue, deux fois, procureure de Californie (2011-2017), devenant alors la première femme, mais aussi la première personne noire, à diriger les services judiciaires de l'État le plus peuplé du pays.

Puis, en janvier 2017, elle a prêté serment au Sénat à Washington, s'inscrivant comme la première femme originaire d'Asie du Sud et seulement la seconde sénatrice noire dans l'histoire américaine.

Avec AFP et Reuters

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.