Accéder au contenu principal

Hongrie: mobilisation pour défendre l'indépendance des théâtres

Publicité

Budapest (AFP)

Plusieurs milliers de Hongrois, dont le maire libéral de Budapest et des personnalités du monde culturel, ont manifesté lundi soir pour défendre la liberté artistique en réaction à un projet de réforme du gouvernement de Viktor Orban renforçant le contrôle sur les théâtres.

De nombreux metteurs en scène et acteurs ont participé au rassemblement dans le centre de Budapest alors que le secteur culturel est en ébullition depuis que la majorité conservatrice hongroise a dévoilé son projet de réforme.

Publié lundi sur le site du Parlement, le texte pourrait être soumis au vote des députés dès mercredi.

Le gouvernement a justifié sa volonté de renforcer son contrôle sur les théâtres financés par des fonds publics après une retentissante affaire de moeurs dans l'un des établissements réputés de Budapest.

A la suite de cette affaire, un responsable du parti Fidesz du Premier ministre Viktor Orban avait tancé les théâtres qui "demandent de l'argent au gouvernement tout en refusant l'accès à leurs affaires et en cachant des crimes pendant des années".

Si le projet de loi est adopté, un représentant de l'Etat interviendra désormais dans la sélection des directeurs de théâtre, a déclaré lundi un porte-parole du gouvernement, Istvan Hollik.

Les opposants à la réforme accusent le gouvernement d'instrumentaliser le récent scandale pour restreindre l'indépendance artistique des théâtres, qui produisent parfois des oeuvres critiques envers le gouvernement.

Depuis le retour au pouvoir de Viktor Orban en 2010, de nombreuses institutions indépendantes ont été réformées par son parti nationaliste qui se voit régulièrement reprocher des atteintes à l'équilibre des pouvoirs et à l'Etat de droit.

Les secteurs de la justice, de l'éducation et de la presse ont notamment été soumis à une organisation plus centralisée.

Ces derniers jours, plusieurs metteurs en scène et acteurs réputés ont lancé une campagne contre la nouvelle loi au moyen de vidéos sur les réseaux sociaux.

Dans l'une d'elle, l'actrice Judit Pogany s'émeut du retour d'une forme de censure d'Etat : "après trente ans de démocratie, je ne pensais pas que je ressentirais la même chose qu'à l'époque", dit celle dont la carrière a commencé sous le régime communiste. Plus de 45.000 personnes ont signé une pétition contre la réforme.

"Lorsque nous défendons la liberté du théâtre, nous défendons la liberté de la ville", a également déclaré aux manifestants le maire libéral de Budapest Gergely Karacsony, opposant à Viktor Orban dont il a battu en octobre le candidat à la mairie de la capitale.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.