Accéder au contenu principal

La France va retirer de la vente 36 produits à base de glyphosate

Le glyphosate est utilisé comme herbicide par les agriculteurs, mais a été classé produit "cancérigène probable" par l'OMS en 2015.
Le glyphosate est utilisé comme herbicide par les agriculteurs, mais a été classé produit "cancérigène probable" par l'OMS en 2015. Philippe Hugen, AFP

Trente-six produits à base de glyphosate vont être retirés de la vente en France, a annoncé, lundi, l'Agence nationale de sécurité sanitaire. Ceux-ci représentaient près des trois quarts des tonnages de produits à base de glyphosate vendus en France en 2018.

Publicité

L'Agence française de sécurité sanitaire (Anses) a annoncé, lundi 9 décembre, le retrait de 36 produits à base de glyphosate, un herbicide que la France a décidé d'interdire à partir de 2021. Ces derniers représentaient en 2018 près des trois quarts des tonnages de produits à base de glyphosate vendus en France pour des usages agricoles et non agricoles, selon l'agence.

Actuellement, 69 produits à base de glyphosate sont disponibles sur le marché en France et ont fait l'objet d'une demande de renouvellement de leur autorisation.

"Par décision de l'Anses, 36 de ces produits vont être retirés du marché et ne pourront plus être utilisés à compter de fin 2020, en raison de l'insuffisance ou de l'absence de données scientifiques permettant d'écarter tout risque génotoxique", indique-t-elle dans un communiqué.

>> À lire aussi : Dix choses à savoir sur le glyphosate

Suite au prolongement pour cinq ans de l'agrément de la substance active par l'Union européenne en 2017, "l'Anses procède au réexamen des autorisations de mise sur le marché des produits à base de glyphosate commercialisés en France et a lancé une évaluation comparative avec les alternatives disponibles", rappelle l'Agence.

Des évaluations renforcées depuis 2017 pour les produits à base de glyphosate

Mais sans attendre la fin du processus en cours, "l'Agence a notifié le retrait des autorisations de 36 produits à base de glyphosate". Pour des raisons identiques, elle "a notifié une décision négative pour 4 des 11 nouvelles demandes d'autorisation déposées depuis janvier 2018 et en cours d'examen".

L'évaluation des dossiers de demande d'autorisation déposés par les entreprises souhaitant renouveler ou obtenir une mise sur le marché de produits à base de glyphosate "a été spécifiquement renforcée en 2017 suite à la réévaluation de la substance active, avec davantage d'exigences impliquant la fourniture de données supplémentaires concernant les risques pour la santé et l'environnement (...)", selon l'Anses.

>> À lire aussi : Pourquoi les études sur le glyphosate divergent tant

"Ces nouvelles dispositions requièrent des études spécifiques menées selon des méthodes standardisées et robustes", assure l'Anses qui "poursuit l'examen des demandes d'autorisation et de réautorisation de produits à base de glyphosate".

"Seuls les produits à base de glyphosate répondant aux critères d'efficacité et de sécurité définis au niveau européen (...) et ne pouvant pas être substitués de façon satisfaisante, bénéficieront in fine de l'accès au marché français", ajoute l'Anses, qui finalisera l'ensemble du processus d'évaluation "d'ici le 31 décembre 2020".

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.