Accéder au contenu principal

"Sesame Street" et Earth, Wind & Fire au panthéon de la culture américaine

Publicité

Washington (AFP)

Le groupe de funk Earth, Wind & Fire et le célèbre programme télévisé pour enfants "Sesame Street", qui vient de fêter ses 50 ans, ont été mis à l'honneur dimanche par le prestigieux Kennedy Center de Washington, au cours d'une cérémonie de gala.

"Sesame Street" est la première émission de télé à recevoir les honneurs du Kennedy Center, délivrés chaque année aux grands noms de la culture américaine.

Même si aucun hommage ne lui a été rendu sur scène, ses confrères ont tenu sur le tapis rouge à saluer la mémoire de Caroll Spinney, le marionnettiste qui a animé les personnages de Big Bird et Oscar the Grouch jusqu'à l'année dernière et dont on a appris la mort, à 85 ans, en milieu de journée dimanche.

"Nous sommes tous heureux d'être là ensemble ce soir, c'était une inspiration pour nous tous", a déclaré Leslie Carrara Rudolph, la marionnettiste derrière le personnage d'Abby Cadabby.

"C'est une occasion de rendre hommage à Caroll, il est dans le show depuis ses débuts" en 1969, a ajouté David Rudman, qui donne vie au Cookie Monster.

Earth, Wind & Fire, un des plus grands groupes de funk de l'histoire, connu pour ses tubes comme "September" ou "Boogie Wonderland", a également été récompensé, une sensation "uniquement comparable au fait de se marier", a rigolé Philip Bailey, percussionniste et chanteur du groupe, présent à Washington avec Verdine White (le frère de Maurice White, fondateur et chanteur du groupe décédé en 2016) et Ralph Johnson.

Les apôtres du groove, qui ont gagné six Grammys au cours de leur carrière, sont le premier groupe de musique noir américain à recevoir la distinction du Kennedy Center.

- Spielberg et Metallica -

L'actrice Sally Field, deux fois oscarisée pour ses rôles dans "Norma Rae" (1979) et "Les Saisons du coeur" (1984), était également à l'honneur de cette soirée, où était convié le tout-Washington.

Casting XXL sur scène pour lui rendre hommage: Steven Spielberg, Tom Hanks et Pierce Brosnan.

"S'il y a bien un seul acteur à imiter, dans ses choix, la quantité de travail abattu, et le résultat final de son talent artistique, c'est Sally Field", a déclaré à la presse Tom Hanks, qui a interprété son fils dans le mythique "Forrest Gump".

"C'était magnifique de tomber amoureux d'elle", a pour sa part roucoulé sur le tapis rouge Pierce Brosnan, en référence à leurs personnages dans le film "Madame Doubtfire".

C'est Don Henley, des Eagles, qui a introduit la chanteuse rock et country Linda Ronstadt, incapable de chanter depuis qu'elle est atteinte de la maladie de Parkinson.

Dans un beau mélange des genres, le compositeur et chef d'orchestre Michael Tilson Thomas a vu Lars Ulrich, le batteur du groupe Metallica, lui rendre hommage.

La cérémonie était animée par LL Cool J, le premier rappeur à avoir été admis dans la liste des artistes distingués par le Kennedy Center, en 2017.

Traditionnellement, le président des Etats-Unis est présent à cette cérémonie, mais Donald Trump, dont la popularité dans le monde de la culture américaine est très faible, n'était pas présent cette année, comme lors des deux dernières éditions.

Son secrétaire d'Etat Mike Pompeo et son secrétaire au Trésor Steven Mnuchin représentaient son gouvernement.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.