Accéder au contenu principal

C1: qualifié, Lyon retrouve la lumière

Publicité

Décines-Charpieu (France) (AFP)

Lyon, longtemps mené, s'est qualifié mardi pour les 8es de finale de la Ligue des champions à la suite de son nul contre Leipzig (2-2), donnant enfin du sens à une saison qui attendait ce coup d'éclat.

Et la lumière fut. L'OL a prolongé le week-end d'illuminations de la Fète des lumières au cours d'une soirée où il a longtemps joué avec l'interrupteur, virtuellement troisième, dernier puis deuxième.

A l'image du Parc OL, l'équipe de Rudi Garcia est passée par toutes les émotions, de la même manière qu'elle a enchaîné le très mauvais comme le très bon en 90 minutes.

Mais au coup de sifflet final, la joie a éclaté des tribunes, et les joueurs ont levé les bras au ciel, d'où est venu le coup de pouce libérateur. C'est grâce au succès du Benfica Lisbonne contre le Zenit Saint-Pétersbourg (3-0) que Lyon, finalement deuxième, est passé devant les Russes.

Quelques minutes plus tard, des tensions ont éclaté entre le kop nord et le défenseur Marcelo qui a fini par adresser aux ultras plusieurs doigts d'honneur. Preuve qu'il y a encore du chemin à accomplir pour redresser une saison mal engoncée jusque-là.

Car cet OL, encore fragile, n'a pas montré assez pour remporter ce match, ce qui lui aurait permis de terminer en tête de son groupe. Il lui faudra encore bien progresser s'il veut être compétitif au tour suivant.

Mais il a montré du caractère pour remonter deux buts et revenir à égalité, grâce à Houssem Aouar (50e) et Memphis Depay (82e), alors que cette même attitude avait été pointée du doigt lors des précédents grands rendez-vous perdus.

La star néerlandaise a symbolisé cette résilience lyonnaise, en marquant sur sa deuxième belle occasion alors qu'il avait plutôt subi jusque-là. Buteur à chacun de ses cinq matches de groupe, le capitaine a pris la mesure de ses nouvelles fonctions.

- Depay décisif -

En lui donnant le brassard, Rudi Garcia a effectué l'un de ses premiers bons choix comme entraîneur de Lyon. Il tient son joueur providentiel, alors que les deux virages continuent de siffler son nom et de se demander, par moments, où va son équipe.

A l'image de leur saison chaotique, les Bleu et Rouge ont étalé d'inquiétantes fragilités en défense. Pendant les vingt premières minutes, c'était à se demander qui jouait la qualification entre l'OL, apathique, et Leipzig, pressant.

Les deux penalties concédés en première période, et transformés par Emil Forsberg (9e) et Timo Werner (33e), ont été la conséquence logique de cette entame ratée.

La frappe sur la barre de Moussa Dembélé avant la mi-temps (45e+2) a finalement sonné le réveil des Lyonnais, qui ont eu le timing de leur côté en marquant dès la reprise par Houssem Aouar (50e).

Alors que Leipzig avait aussi baissé d'un ton, Lyon a finalement égalisé pour donner à sa saison le tournant attendu.

Critiquée, longtemps dans le dur, l'équipe de Jean-Michel Aulas reste en vie, en voyant ces 8es si cruciaux. Argent de la qualification en poche (9,5 M EUR), sans compter les revenus supplémentaires liés aux droits TV et à la billetterie, et aussi exposition de ses jeunes pousses... même s'il a fait match nul, Lyon a finalement gagné.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.