Accéder au contenu principal

La France exige la libération "sans délai" de deux chercheurs français détenus en Iran

Le président Emmanuel Macron lors de l'inauguration du musée du Centre Pompidou Ouest Bund à Shanghai, en Chine, le 5 novembre 2019.
Le président Emmanuel Macron lors de l'inauguration du musée du Centre Pompidou Ouest Bund à Shanghai, en Chine, le 5 novembre 2019. Hector Retamal, Reuters
3 mn

À l'occasion de la Journée internationale des droits de l'Homme, le président Emmanuel Macron a réclamé, mardi soir dans tweet, la libération "sans délai" des deux chercheurs français, Fariba Adelkhah et Roland Marchal, détenus en Iran depuis juin.

Publicité

Emmanuel Macron a exigé, mardi 10 décembre, la libération "sans délai" de deux chercheurs français détenus en Iran depuis juin.

"En cette Journée internationale des droits de l'Homme, je pense à Fariba Adelkhah et Roland Marchal, nos compatriotes détenus en Iran, et à leurs familles. Leur emprisonnement est intolérable. Ils doivent être libérés sans délai. Je l'ai dit au Président Rohani, je le répète ici", a tweeté le chef de l'État français.

Depuis juin, Téhéran détient l'anthropologue franco-iranienne Fariba Adelkhah, spécialiste du chiisme et directrice de recherche au Centre de recherches internationales de Sciences Po à Paris, ainsi que le spécialiste de la Corne de l'Afrique Roland Marchal, chercheur au même institut. La première est accusée d'espionnage et le second de "collusion contre la sécurité nationale".

Paris a réclamé plusieurs fois à Téhéran, en vain, la libération des deux chercheurs. Jugeant une telle accusation "grotesque", des confrères des deux chercheurs ont appelé en octobre la France à suspendre toute coopération scientifique et universitaire avec l'Iran en signe de protestation.

L'Iran a déjà par le passé arrêté et condamné des ressortissants français. En 2010, l'universitaire Clotilde Reiss, qui avait été arrêtée en 2009 puis condamnée à deux peines de cinq ans de prison pour "espionnage", avait finalement vu sa peine commuée en amende et avait pu regagner la France.

Avec AFP


 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.