Accéder au contenu principal

Kering débouté dans deux procédures l'opposant au styliste Hedi Slimane

Publicité

Paris (AFP)

Le tribunal de commerce de Paris a débouté le groupe de luxe Kering dans deux procédures l'opposant à Hedi Slimane, ex-directeur artistique de sa marque Yves Saint Laurent, dans le cadre d'un contentieux qui dure depuis 2016.

Hedi Slimane, 51 ans, est depuis février 2018 directeur artistique de la maison Céline (groupe LVMH). Entre 2012 et 2016, il a occupé les fonctions de directeur de la création et de l'image d'Yves Saint Laurent, marque du groupe Kering détenu par François-Henri Pinault.

En juin 2016, Kering avait été condamné en référé par le tribunal de commerce de Paris à verser 13 millions de dollars à M. Slimane qui réclamait l'application d'une clause de non-concurrence à l'issue du contrat qui le liait avec le groupe.

Dans un jugement au fond rendu le 3 décembre dernier, que l'AFP a consulté, le tribunal a débouté Kering de sa demande de restitution des 13 millions de dollars versés à la société de droit californien qui gère les droits commerciaux d'Hedi Slimane.

Il a également condamné le groupe à verser 20.000 euros au styliste et 20.000 euros à sa société pour les frais engagés.

Un autre jugement sur le fond, également rendu le 3 décembre par le tribunal de commerce de Paris, concerne le pacte d'actionnaires passé en 2013 entre Kering et Hedi Slimane - actionnaire minoritaire au capital d'Yves Saint Laurent - prévoyant notamment un droit à l'information sur les comptes de la griffe.

Lors du départ d'Hedi Slimane en 2016, Kering avait mis fin à ce pacte d'actionnaires, une résiliation contestée par le styliste.

Dans son jugement, le tribunal qualifie d'"irrégulière la résiliation unilatérale" et indique que "le pacte d'actionnaires n'est pas caduc". Il condamne en outre Kering à payer 50.000 euros pour les frais engagés.

Interrogé par l'AFP mercredi, l'avocat d'Hedi Slimane n'a pas commenté ces décisions.

Le groupe Kering, également contacté, n'a pas non plus souhaiter réagir.

Une troisième procédure oppose Hedi Slimane et Kering et porte sur la part variable de la rémunération du styliste pour la dernière année de contrat. Kering avait été condamné en 2018 à lui verser 9,3 millions d'euros. Le groupe a fait appel.

Surdoué de la mode, Hedi Slimane avait donné un nouveau souffle à Yves Saint Laurent en attirant une clientèle jeune et branchée grâce à ses looks androgynes et ses coupes ajustées. Il avait dopé les performances de la griffe, faisant passer son chiffre d'affaires de 353 millions d'euros en 2011 à 974 millions en 2015.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.