Accéder au contenu principal

Ligue des champions : le PSG corrige Galatasaray pour conclure sa phase de groupe en beauté

Le PSG a retrouvé de l'éclat contre Galatasaray (5-0) mercredi en Ligue des champions.
Le PSG a retrouvé de l'éclat contre Galatasaray (5-0) mercredi en Ligue des champions. Charles Platiau, Reuters
3 mn

À l'occasion de l'ultime rencontre de la phase de groupe de la Ligue des Champions, le PSG s'est baladé, mercredi au Parc des Princes, en s'imposant sans forcer face à Galatasaray (5-0). Les Parisiens, invaincus et déjà qualifiés pour les huitièmes avant la partie, connaîtront leur futur adversaire lundi.

Publicité

Festival offensif ! Pour clore sa phase de groupe de la Ligue des champions, le PSG, déjà qualifié pour les huitièmes, n'a pas fait de détails face à Galatasaray (5-0), mercredi  11 décembre, au Parc des Princes. La faiblesse défensive du club turc a été largement exploitée par le brillant trio offensif parisien Mbappé-Icardi-Neymar.

C'est d'abord le goleador argentin Mauro Icardi qui a ouvert le bal, poussant au fond une offrande de Kylian Mbappé (33e) après une ouverture de Neymar. Puis le Brésilien a décalé l’ailier espagnol Pablo Sarabia, buteur d'un tir croisé (35e), avant de lancer l’intenable Mbappé, buteur au ras du poteau (63e).

Entre-temps, Neymar avait lui-même marqué, servi par une talonnade du champion du monde français (47e). Et pour finir la soirée en beauté, le meilleur buteur de l’histoire du PSG Edinson Cavani, cantonné au banc de touche depuis plusieurs semaines, a converti un penalty célébré par toute l’équipe (84e).

Ce succès permet à Paris de boucler sa phase de groupe sur un bilan quasiment parfait de cinq victoires et un nul. De quoi figurer parmi les têtes de série, lundi, lors du tirage des huitièmes de finale à Nyon, en Suisse, où il n'y aura que des clubs des cinq grands championnats (Espagne, Angleterre, Italie, Allemagne, France) pour la première fois dans l'histoire de la Ligue des champions.

En huitièmes, les Parisiens ne peuvent pas tomber sur le Real, l'adversaire le plus relevé du deuxième chapeau, ni sur Lyon, deux clubs issus du même pays ne pouvant s’affronter avant les quarts. Mais Tottenham, finaliste la saison dernière et désormais entraîné par José Mourinho, l'Atlético Madrid, Naples, Dortmund ou Chelsea sont tous envisageables, ainsi que le modeste Atalanta Bergame, le club de Serie A qui s'apprête à disputer les huitièmes pour la première fois de son histoire.

Avec AFP

 


 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.