Accéder au contenu principal

Après la victoire de Boris Johnson, nouvelle course contre la montre pour négocier l'après-Brexit

Boris Johnson lors d'une conférence de presse devant sa résidence du 10 Downing Street à Londres, le 13 décembre 2019.
Boris Johnson lors d'une conférence de presse devant sa résidence du 10 Downing Street à Londres, le 13 décembre 2019. Reuters, Henry Nicholls

Le conservateur Boris Johnson, fort d'une solide majorité parlementaire à l'issue des législatives, s'est réjoui vendredi d'avoir obtenu "un nouveau mandat fort pour réaliser le Brexit", programmé le 31 janvier. Une période de transition est ensuite prévue jusqu'à fin 2020 pour négocier la future relation entre le Royaume-Uni et l'UE, un calendrier jugé "très ambitieux" par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Publicité
  • Boris Johnson et le Parti conservateur s'adjugent une victoire écrasante aux élections législatives britanniques en remportant, selon les résultats définitifs, 365 des 650 sièges de la Chambre des communes et décrochant ainsi la majorité absolue. De leur côté, les travaillistes obtiennent 203 sièges.
     
  • Ce résultat ouvre la voie à une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne le 31 janvier prochain. Le Brexit sera suivi d'une période de transition jusqu’à fin 2020, durant laquelle les règles européennes vont continuer de s’appliquer au Royaume-Uni pendant que Londres et Bruxelles négocieront leur relation future. À ce propos, le président du Conseil européen Charles Michel a affirmé vendredi que ces négociations ne seraient pas conclues à n'importe quel prix à la fin 2020, malgré un délai "très ambitieux".
  • Le président français, Emmanuel Macron, a appelé vendredi le Royaume-Uni à ne pas devenir un "concurrent déloyal" de l'Union européenne après le Brexit, tandis que la chancelière allemande Angela Merkel a prévenu pour sa part que l'UE aurait "un concurrent à sa porte" après le 31 janvier.
  • "Félicitations à Boris Johnson pour cette grande VICTOIRE", a tweeté Donald Trump. "La Grande-Bretagne et les États-Unis seront maintenant libres de conclure un énorme nouvel accord commercial après le BREXIT. Cet accord est potentiellement beaucoup plus gros et plus lucratif que n'importe quel accord qui pourrait être conclu avec l'Union européenne. Bravo Boris !", a ajouté le président américain.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.