Accéder au contenu principal

Législatives au Royaume-Uni : Boris Johnson exulte, Jeremy Corbyn "très déçu"

Jeremy Corbyn réagit après les projections de résultats des législatives le 13 décembre 2019 à Londres.
Jeremy Corbyn réagit après les projections de résultats des législatives le 13 décembre 2019 à Londres. Hannah McKay, Reuters

Le conservateur Boris Johnson, fort d'une solide majorité parlementaire, s'est réjoui vendredi d'avoir obtenu "un nouveau mandat fort pour réaliser le Brexit". Le travailliste Jeremy Corbyn a pour sa part annoncé qu'il ne conduirait pas son parti aux prochaines élections.

Publicité

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est félicité vendredi 13 décembre d'avoir obtenu "un nouveau mandat fort pour réaliser le Brexit", à l'issue des élections législatives de jeudi.

Alors que son Parti conservateur a obtenu une large majorité à la Chambre des communes, Boris Johnson a été réélu député de la circonscription d'Uxbridge and South Ruislip, dans la grande banlieue de Londres, avec un score en augmentation par rapport au scrutin précédent de 2017.

Après dépouillement dans 624 circonscriptions sur 650, le parti de Boris Johnson avait déjà remporté 345 sièges à la Chambre des communes, s'assurant d'ores et déjà une confortable majorité absolue qui lui manquait jusqu'à présent. Les travaillistes remportent 202 sièges, selon ce même décompte.

Ce "nouveau mandat fort (...) donne à ce nouveau gouvernement l'occasion de respecter la volonté démocratique du peuple britannique", a souligné Boris Johnson.

Jeremy Corbyn "très déçu"

De son côté, le chef du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn s'est dit "très déçu" des résultats, ajoutant qu'il ne "conduira pas le parti aux prochaines élections". S'exprimant après l'annonce de sa réélection dans sa circonscription londonienne d'Islington nord, il a précisé qu'il souhaitait voir son parti entamer une "réflexion sur le résultat du scrutin et sur sa future politique", alors que le Labour a enregistré une lourde défaite, perdant des dizaines de sièges.

Des voix se sont élevées au sein du Labour pour réclamer la démission de leur chef de file à l'issue du scrutin qui devraient être le plus grand revers électoral du Parti travailliste depuis 84 ans.

Ruth Smeeth, candidate du Labour dans la ville de Stoke-on-Trent, un bastion travailliste dans le nord du pays, estime avoir perdu son siège en partie à cause de Jeremy Corbyn. "Il aurait dû partir il y a de très nombreux mois", a-t-elle dit à la presse.

L'Écosse veut choisir

Pour sa part, Nicola Sturgeon, cheffe de file du Scottish National Party (SNP) et du gouvernement écossais, a estimé vendredi que l'Écosse devait être autorisée à organiser un nouveau référendum d'autodétermination après la victoire écrasante des nationalistes aux élections générales. Les nationalistes écossais du SNP ont en effet nettement progressé de 20 à au moins 46 sièges, selon les résultats partiels

"Il y a maintenant un mandat en vue d'offrir au peuple écossais le choix de son propre avenir", a déclaré Sturgeon à la chaîne de télévision Sky News. "Boris Johnson a peut-être reçu un mandat pour faire sortir l'Angleterre de l'Union européenne. Il n'a absolument pas le mandat de faire sortir l'Écosse de l'Union européenne. L'Écosse doit avoir le choix de son propre avenir."

Avec AFP et Reuters
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.