Accéder au contenu principal

L'Algérie dans l'attente des résultats de sa première présidentielle post-Bouteflika

Des manifestations ont eu lieu un peu partout dans le pays pour protester contre le scrutin
Des manifestations ont eu lieu un peu partout dans le pays pour protester contre le scrutin REUTERS - RAMZI BOUDINA
11 mn

Selon l'Autorité nationale indépendante des élections, seuls 39,93 % des Algériens ont participé à ce scrutin fermement rejeté par le Hirak, mouvement de contestation populaire, et marqué par des heurts et des manifestations. Les résultats officiels sont attendus vendredi à la mi-journée.

Publicité

Une abstention record pour un scrutin contesté. Les Algériens attendent, vendredi 13 décembre, les résultats du premier tour de l'élection présidentielle, premier rendez-vous électoral de l'après-Bouteflika.

L'Autorité nationale indépendante des élections (Anie) a fait savoir dans un SMS reçu par l'AFP que son président Mohamed Charfi annoncera les résultats du premier tour vendredi à 11 h (10 h GMT), un moment où les Algériens pourraient envahir les rues pour la 43e fois comme ils le font depuis 42 semaines.

Un éventuel second tour aura lieu entre le 31 décembre et le 9 janvier.

Quel avenir pour le "Hirak" ?
04:12


Seuls 39,93% des inscrits ont voté au premier tour (41,41% sur le territoire national et 8,69% pour les Algériens de l'étranger), selon le président de l'Anie Mohamed Charfi.

Ce taux est le plus faible de toutes les présidentielles pluralistes de l'histoire de l'Algérie. Il est inférieur de plus de dix points à celui du précédent scrutin - le plus faible jusqu'ici -- qui en 2014 avait vu la quatrième victoire d'Abdelaziz Bouteflika.

Aucune projection de résultat n'a été publiée. Mais le camp d'Abdelmajid Tebboune, ancien bref Premier ministre du président Bouteflika en 2017, a revendiqué jeudi soir la victoire dès le premier tour. "Selon les premiers éléments en notre possession, [...] Abdelmadjid Tebboune a remporté la présidentielle, a déclaré à l'AFP Abdelatif Belkaim, directeur adjoint de la communication du candidat.

"Les autorités algériennes n’ont pas souhaité délivrer de visas et d’accréditations, ni à nos envoyés spéciaux, ni à nos correspondants. Elles interdisent également les transmissions pour France 24. Nous regrettons vivement ces restrictions, d’autant que France 24 est la première chaîne d’information internationale en Algérie. Malgré cela, notre chaîne vous proposera une couverture complète de cet évènement".
 

Démonstration de force

Morne dans de nombreux bureaux de vote, la journée a été marquée à Alger par une démonstration de force du Hirak qui a bravé un très fort déploiement policier pour défiler en masse.

Le Hirak, mouvement de contestation populaire massif et inédit du régime qui a contraint Abdelaziz Bouteflika à la démission, rejetait catégoriquement la tenue de cette élection, vue comme un moyen de se régénérer pour le "système" au pouvoir depuis l'indépendance du pays en 1962.

Ce mouvement exige la fin de ce "système" aux manettes depuis l'indépendance en 1962, et le départ de tous les anciens soutiens ou collaborateurs des vingt ans de présidence Bouteflika. Ce que sont les cinq candidats à la présidentielle (Abdelaziz Belaïd, Ali Benflis, Abdelkader Bengrina, Azzedine Mihoubi et Abdelmajid Tebboune).

Plusieurs incidents dans la capitale et en Kabylie

Après une première tentative d'élection avortée en juillet, le haut commandement de l'armée, pilier du régime, ouvertement aux commandes depuis la départ d'Abdelaziz Bouteflika, a tenu coûte que coûte à organiser ce scrutin pour sortir de la crise politico-institutionnelle, qui a aggravé la situation économique.

Visage de ce haut commandement, le général Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'armée, assurait depuis des semaines que la participation serait "massive".

Une foule estimée à plusieurs dizaines de milliers de personnes est parvenue à envahir les rues du centre de la capitale, malgré les interventions systématiques et souvent brutales de la police à chaque tentative de rassemblement.

"Makache l'vote" ("Il n'y a pas de vote !"), a scandé la foule qui s'est séparée en fin d'après-midi, avant que la police ne disperse à coups de matraque la centaine de protestataires restants, selon une journaliste de l'AFP.

Dans la journée, un petit groupe de manifestants est parvenu à s'introduire dans un centre électoral du centre-ville. Le vote a été brièvement suspendu le temps de les évacuer.

Le vote s'est également déroulé normalement à travers le pays sauf dans la région traditionnellement frondeuse et majoritairement berbèrophone de Kabylie, théâtre de graves incidents.

Un centre de vote a été saccagé, une antenne de l'Anie a été incendiée et les forces de l'ordre ont repoussé à l'aide de grenades lacrymogènes des manifestants qui tentaient de pénétrer au siège de la wilaya (préfecture) de Tizi-Ouzou, à 90 km à l'est d'Alger.

Des affrontements ont également opposé gendarmes et manifestants à Tichy, près de Béjaïa (180 km à l'est de la capitale), et ont fait six blessés dans les rangs des forces de l'ordre, selon une source sécuritaire ayant requis l'anonymat.

AFP
 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.