Accéder au contenu principal

Importante rétrospective du peintre serbe Velickovic au FHEL de Landerneau

Publicité

Brest (AFP)

Une importante rétrospective du peintre, dessinateur, graveur et sculpteur tragique serbe Vladimir Velickovic, qui met en lumière l'absence de nature dans son œuvre, est présentée à compter de dimanche au Fond Hélène et Édouard Leclerc (FHEL) de Landerneau (Finistère).

Depuis ses expositions à Moscou en 2004, Montréal en 2005 ou Toulouse en 2011, "aucune rétrospective importante n'avait été consacrée à Vladimir Velickovic", fait valoir le FHEL, créé en 2011 dans l'ancien couvent qui a abrité les premiers entrepôts des magasins Leclerc dans les années 1960.

Une centaine d’œuvres de l'artiste, décédé le 29 août dernier, est présentée autour des grands thèmes -les dernières rétrospectives étaient présentées de manière chronologique- que sont l'intégration du temps, l'harmonie et le rythme, avec au centre du parcours, la relation essentielle de l'artiste avec le peintre allemand Matthias Grünewald.

Les œuvres de sa jeunesse et les plus récentes sont cependant également présentées, faisant apparaître une constante sur plus d'un demi-siècle: l'absence de la nature dans son œuvre.

"Vous ne trouverez chez lui jamais la moindre fleur, le moindre brin d'herbe, le moindre arbre, la moindre étendue d'eau...", assure à l'AFP Jean-Luc Chalumeau, commissaire de l'exposition, pour qui cela illustre "l'angoisse de l'homme privé de la nature". "Velickovic est un peintre tragique en ce sens-là", souligne-t-il.

"Son intuition de jeunesse, il l'a poursuivie jusqu'à sa mort, c'est ce qu'on essaie de montrer dans cette exposition", poursuit l'expert à propos de cet artiste au "regard triste".

"C'est un artiste difficile à appréhender pour le public et on va demander au public de faire un effort", note le commissaire.

Ses œuvres, souvent grises ou noires avec des touches de rouge, représentent le plus souvent la torture ou la mort, comme dans le tableau "Paysage aux oiseaux morts" de 1964, qui montre un paysage sans végétation sous une lumière uniformément blanche où l'on distingue uniquement des oiseaux noirs. "Tout se passe comme si l'espèce humaine avait perdu le sens de la nature", explique le Fonds dans une présentation.

Né le 11 août 1935 à Belgrade, Velickovic a été marqué par les horreurs de la Seconde guerre mondiale, puis par celles de l'explosion de la Yougoslavie dans les années 90.

L'exposition se tient jusqu'au 26 avril au FHEL, où ont déjà été exposés des artistes tels que Picasso, Chagall, Giacometti ou Dubuffet.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.