Accéder au contenu principal

Avec "Millenium", France Culture donne un coup de jeune à ses feuilletons

Publicité

Paris (AFP)

Le feuilleton radio "Millenium", sur France Culture, illustre la modernisation des fictions de la station, qui s'inspirent des techniques du cinéma ou de la télé, puisent dans l'imaginaire de la pop culture et surfent sur le phénomène des podcasts.

Dans l'ambiance feutrée du studio 118 de la Maison de la radio, un drôle de ballet s'opère. Une petite équipe déplace plusieurs fois par jour des cloisons et parquets amovibles, pour composer les décors sonores de "Millenium 3", suite de l'adaptation radiophonique du célèbre thriller du Suédois Stieg Larsson.

Le studio est divisé en plusieurs espaces aux propriétés acoustiques variées, dont une étrange salle de bruitage, transformée ce matin-là en jardin public par la magie des techniciens de la "Maison ronde".

Aucune trace de verdure dans cette petite pièce insonorisée, mais deux comédiens, qui jouent leur texte entourés d'un chef opérateur équipé d'un micro à deux têtes, et d'une bruiteuse. Debout derrière eux, il tapote au bon moment sur un dossier ou pianote sur un téléphone pour générer des effets. Le sol présente différentes textures (pavés, sable...), pour reproduire des bruits de pas "en extérieur".

Chaque scène est enregistrée quatre ou cinq fois en moyenne, avec des méthodes inspirées du cinéma et un grand souci du détail. La production des 10 épisodes de "Millenium 3", de 25 minutes chacun, va prendre plusieurs mois, dont plusieurs semaines pour traiter les dizaines d'heures de "rushes" enregistrés et ajouter en post-production des effets sonores, plus une bande musicale, signée par le compositeur de musique de films Krishna Lévy.

"Comme la scène se déroule dans un jardin en été, on va pouvoir rajouter le bruit d'une fontaine, sans doute des enfants qui jouent... C'est comme si on dessinait les décors à chaque fois, et on peut mettre plusieurs couches en fonction de l'image sonore qu'on veut créer", explique entre deux prises la réalisatrice Sophie Aude-Picon.

- Changement de style -

C'est elle qui orchestre la mise en scène et qui, depuis la régie du studio, donne des instructions aux comédiens, ici pour leur faire modifier la prononciation d'un nom (une gageure tant le scénario est truffé de patronymes difficiles à prononcer), là pour modifier le rythme d'une phrase, où là encore pour corriger un bruit parasite, avec l'aide de deux techniciens à qui aucun défaut n'échappe...

"C'est un peu comme à la télévision, il faut qu'on situe le lieu, le personnage, et avoir un jeu en apparence naturel", résume Christophe Reymond, qui joue le personnage principal, Mikael Blomkvist.

En tout, 80 comédiens participent à ce 3e volet. Les saisons 1 et 2 du feuilleton ont été réalisées à partir de 2010 par François Christophe, décédé brutalement fin 2013, à deux semaines du début de l'enregistrement de "Millenium 3".

Un drame qui a obligé à geler le projet, jusqu'à ce que Blandine Masson, directrice de la fiction à France Culture, le relance cette année, en vue d'une diffusion au printemps 2020.

Tout un symbole, car le feuilleton a inauguré un nouveau style de fictions sur l'antenne de France Culture, porté par une nouvelle génération de créateurs et un choix d'oeuvres qui s'éloignent du répertoire traditionnel, explique-t-elle : "Millenium, c'est la coïncidence entre l'arrivée d'une nouvelle manière de travailler, incarnée par François Christophe qui venait du cinéma, et le développement du podcast. Mais c'était aussi la première fois que l'on s'autorisait sur France Culture à adapter une oeuvre aussi populaire".

"Cela a fait prendre un tournant à la fiction" sur la station publique, résume-t-elle.

Depuis, France Culture a mis en onde des albums de Tintin, "L'amie prodigieuse" d'Elena Ferrante, ou Astérix, avec une adaptation inédite de "La Zizanie" qui sera diffusée le 22 décembre. Une tendance favorisée par le phénomène du podcast (les feuilletons de France Culture ont généré plus de 900.000 téléchargements en octobre). Et qui participe aussi aux records d'audience de la radio, qui comptait plus de 1,6 million d'auditeurs quotidiens en septembre-octobre.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.