Accéder au contenu principal

"En pré-inventaire", Salvatore Adamo ouvre sa malle aux trésors

Publicité

Paris (AFP)

A 76 ans, Salvatore Adamo, le chanteur à l'éternel sourire et aux 100 millions de disques vendus, est "en pré-inventaire" avec une tournée internationale et une compilation intégrale des premières années de sa carrière, de 1962 à 1975, révélant une vingtaine de chansons inédites.

"C'est un peu un pré-inventaire. J'ai réuni les treize premières années. Il y a aussi des chansons inédites et d'autres restées au fond des albums. J'ai beaucoup d'affection et de tendresse pour ces titres qui n'ont pas eu l'honneur des radios", confie-t-il à l'AFP.

Parmi les icônes de la variété jusqu'au Japon et au Chili, Salvatore Adamo qui a publié l'an dernier son 25e album studio, l'élégant "Si vous saviez…", s'apprête à fêter 57 ans de carrière. "Sans toi ma mi", son premier succès, est sorti en 1963. Trois ans plus tôt, l'année de ses 17 ans, ce "belgo-italien" né en Sicile, remportait le concours de Radio Luxembourg.

"Tombe la neige", "Vous permettez Monsieur", "Les filles du bord de mer", "Mes mains sur tes hanches", "J'avais oublié que les roses sont roses", "C'est ma vie", "Inch'Allah"...: les succès s'enchaîneront, traduits en une dizaine de langues.

"Je suis plus que satisfait. Tout est allé au-delà de mes rêves. Je ne pensais pas faire un métier. Je voulais devenir footballeur! Je suis tributaire de la sympathie du public qui a compris que je ne me prends pas au sérieux", estime-t-il.

De ses débuts, Adamo garde le souvenir de "la candeur de l'époque" : "tout était facile. Tout se faisait en direct. Aujourd'hui, on peut enregistrer un duo sans rencontre l'autre...", observe-t-il.

Hier comme aujourd’hui, le chanteur passe ses meilleurs moments artistiques sur scène : "le partage d'une chanson avec le public relève de la communion d'âmes. On a l'impression de léviter".

L'instant de la création est tout aussi particulier : "parfois, les musiques arrivent pendant mon sommeil. Je me dépêche de les noter au réveil, avec la sensation de recevoir un cadeau sans savoir d'où il vient".

Après la salle Pleyel à guichets fermés, Salvatore Adamo poursuit sa tournée à Bruxelles, Ostende, Barcelone, Madrid et Tokyo, avant une série de concerts au Canada, puis à nouveau l'Amérique du Sud et en particulier le Chili qui le vénère à sa grande surprise depuis plus d'un demi-siècle.

"Je ne m'explique pas ce succès là-bas. Je suis ému par cette tendresse, de génération en génération", confie-t-il. En octobre, il s'y est produit deux fois malgré les troubles sociaux et le couvre-feu.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.