Accéder au contenu principal

L'agence Reuters en France en grève mardi pour protester contre des licenciements

Publicité

Paris (AFP)

Les salariés de l'agence de presse Reuters en France ont voté lundi "à une écrasante majorité" un mouvement de grève pour la journée de mardi, afin de dénoncer des licenciements, selon un communiqué des représentants du personnel.

Le mouvement vise à "dénoncer les méthodes de la direction, qui vient d'informer par téléphone six salariés de son intention de les licencier, six mois jour pour jour après un plan de sauvegarde de l'emploi s'étant soldé par le départ de 20 personnes, soit plus de la moitié des effectifs du service français", précise le communiqué diffusé à l'issue d'une assemblée générale.

Le mouvement court de minuit à minuit mardi.

"Ces nouveaux licenciements, qui réduisent de moitié les effectifs du service photo en France, s'inscrivent dans le cadre d'une politique de réduction des coûts déguisée en stratégie éditoriale qui crée chez les salariés une souffrance palpable", dénonce le texte.

Les représentants du personnel "s'inquiètent des dégâts infligés à la réputation d'excellence de Reuters par une stratégie incompréhensible".

Le groupe américano-canadien Thomson Reuters, propriétaire de l'agence, a annoncé fin 2018 la suppression de 3.200 emplois sur deux ans, soit environ 12% de ses effectifs.

La réorganisation a touché plusieurs bureaux européens et s'est traduite par de nombreuses suppressions de postes notamment dans les services non anglophones.

La rédaction parisienne employait environ 80 personnes avant le plan de départs.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.