Accéder au contenu principal

Macao commémore sa rétrocession, si loin de l'agitation hongkongaise

Publicité

Macao (AFP)

L'ex-colonie portugaise de Macao fête cette semaine le 20ème anniversaire de sa rétrocession, occasion pour Pékin de célébrer les succès insolents de la capitale mondiale des casinos mais aussi sa docilité aux antipodes de la rebelle Hong Kong.

Une trentaine de kilomètres seulement séparent les deux territoires, rétrocédés à deux ans d'intervalle à la fin des années 1990 et gérés selon le principe "Un pays, deux systèmes" qui leur octroie des libertés inconnues ailleurs en Chine.

Mais le contraste ne saurait être plus grand entre les deux rivages de l'embouchure de la Rivière des Perles. A l'Ouest, Macao l'élève modèle suit sans rechigner la stratégie de Pékin. A l'Est, Hong Kong vit depuis six mois au rythme de manifestations pro-démocratie sans précédent, récemment légitimées par une retentissante gifle électorale pour Pékin.

Le président chinois Xi Jinping sera présent vendredi pour le vingtième anniversaire de la fin, en 1999, d'une présence portugaise qui avait débuté au XVIème siècle.

"Macao est l'élève modèle de la classe", observe Larry So, professeur de sciences sociales né à Hong Kong qui a enseigné à Macao avant d'y prendre sa retraite.

"Les élèves modèles reçoivent toujours des bons points et vivent une existence plutôt confortable."

En vingt ans, Macao a subi une extraordinaire transformation avec ces gigantesques casinos qui ont poussé sur Cotai, bande de terres gagnées sur la mer entre les îles de Coloane et Taipa, aujourd'hui réunies.

- Essor du PIB -

Seul territoire chinois où les jeux d'argent sont autorisés, Macao a vu son PIB exploser, de 6,4 milliards de dollars en 1999 à plus de 55 milliards. Ses casinos rapportent en une semaine autant que Las Vegas en un mois.

Pour Pékin, c'est une réussite dont les Hongkongais devraient s'inspirer. Li Zhanshu, président de l'Assemblée nationale populaire (Parlement), estimait récemment que Macao doit servir de modèle en louant "l'enracinement social très fort de l'identité nationale" chez les Macanais.

Selon Zhang Xiaoming, chef du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao, l'échec il y a 15 ans de la mise en oeuvre dans l'ex-colonie britannique d'une loi réprimant "la subversion" contre Pékin est "la principale raison de la montée des activités localistes et séparatistes".

A Macao, cette loi sur la sécurité nationale est de longue date adoptée et le territoire est une oasis de calme aux antipodes des violences urbaines hongkongaises.

L'ex-colonie portugaise n'a qu'un tout petit mouvement pro-démocratie et sa presse n'est pas très critique du gouvernement central.

Pour autant, celui-ci ne prendra aucun risque avec la sécurité de cet anniversaire, renforçant notamment les contrôles entre ses deux régions administratives spéciales.

- Crime organisé et prostitution -

La prospérité n'est pas exempte de vulnérabilités à Macao où 80% des revenus du gouvernement local proviennent des casinos.

Les recettes avaient plongé après la campagne anti-corruption lancée en 2012 par M. Xi qui avait dissuadé nombre de gros joueurs de venir. La ville avait alors parié sur la clientèle de masse, avec de gigantesques complexes proposant toute une gamme d'activités, entre dîners gastronomiques et parcs à thème.

Macao a aujourd'hui le deuxième PIB par habitant au monde, derrière le Qatar, mais ses richesses sont très concentrées.

Le territoire reste considéré par le Département d'Etat comme un paradis pour le blanchiment d'argent et demeure un haut lieu du crime organisé et de la prostitution.

Alors que la contestation hongkongaise est aussi liée aux difficultés économiques d'une partie de la population, beaucoup de Macanais disent que leur existence s'est améliorée en 20 ans.

- Dilution de la culture macanaise -

"Depuis la rétrocession, les conditions de vie se sont nettement améliorées", a expliqué à l'AFP Celia Chong, enseignante, citant les généreuses subventions du gouvernement ou les opportunités d'emploi en Chine continentale, alors que toute la région du Delta de la Rivière des Perles connaît un remarquable essor.

"En tant qu'habitante de Macao, l'anniversaire de la rétrocession va être un événement très heureux."

Shotah Zhang, lui, se félicite de la prospérité du commerce familial de tartes aux oeufs. "Avant, c'était une petite ville très tranquille mais ces 20 dernières années, nous avons vu des changements énormes".

En 2018, près de 36 millions de touristes sont venus à Macao, qui ne compte que 700.000 habitants, en majorité venus de Chine continentale. Certains s'inquiètent de la dilution d'une identité unique née de la rencontre des cultures cantonaise et portugaise.

"Les gens veulent préserver le patrimoine macanais", confie Sulu Sou, un des quatre élus pro-démocratie du Parlement local. "Je redoute que Macao devienne un jour une ville chinoise parmi d'autres."

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.