Accéder au contenu principal
Dans la presse

Bras de fer sur les retraites en France : "C'est par où la sortie?"

Manifestations contre la réforme des retraites
Manifestations contre la réforme des retraites France 24
11 mn

A la Une de la presse, ce mercredi 18 décembre, le bilan de la troisième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, en France. La décision du pape François de lever le secret pontifical sur les abus sexuels commis au sein de l’Église. Et le match Real Madrid/Barça de ce soir.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook


A la Une de la presse française, le bilan de la troisième journée de mobilisation, hier, contre la réforme des retraites.

Du côté des syndicats, la messe est dite: la mobilisation d’hier est un énorme succès, avec près d’1,8 million de personnes rassemblées dans toute la France. Un chiffre repris par La Marseillaise, qui annonce qu’il n’y aura «pas de trêve pour la colère» des manifestants, qui demandent le retrait pur et simple du projet du gouvernement. 1,8 million de personnes, c’est aussi le chiffre de L’Humanité, qui parle d’une «énorme mobilisation dans toute la France», d’une «vague populaire», qui montrerait «le net refus» des Français de «sacrifier (leurs) vieux jours et, avec eux, la solidarité nationale». Libération évoque, lui, le chiffre de «centaines de milliers de personnes» - plus proche de celui du ministère de l’Intérieur, qui a comptabilisé près de 600 000 manifestants. Une mobilisation suffisante, en tout cas, pour «mettre le pouvoir sous pression», selon Libé, qui prévient le gouvernement que «la sagesse voudrait qu’il ne joue pas les fiers-à-bras». Les discussions avec les syndicats reprennent aujourd’hui à Matignon, malgré le départ de Jean-Paul Delevoye, qui a dû démissionner à cause de l’affaire de ses mandats.

Le Premier ministre Edouard Philippe affiche, lui, sa «détermination totale» à réformer. Le gouvernement serait d’autant plus décidé à ne pas dévier de sa trajectoire, qu’il miserait sur un recul de la mobilisation, d’après Les Echos, qui assurent que ce reflux était déjà perceptible, hier, puisque près de 200 000 personnes de moins ont manifesté, par rapport à la première journée de mobilisation, le 5 décembre. «Les syndicats ratent leur pari», assène le journal, tandis que Le Figaro se réjouit de voir Edouard Philippe rester droit dans ses bottes: face aux syndicats, «ce sera long, mais l’obstacle est franchissable». Le Parisien/Aujourd’hui en France, s’inquiète du coût de la grève et souligne l’impact financier des grèves pour les entreprises, les restaurateurs, les hôteliers, les commerçants, mais aussi pour les particuliers, obligés de jongler avec leurs contraintes, familiales notamment. Ce qui a pour conséquence de faire grimper leurs factures, pour les frais de garde, par exemple. Un coût qui peut «faire rapidement basculer l’opinion», et se retourner contre les syndicats, selon Le Parisien.

A l’image du Parisien, The Financial Times pointe du doigt le coût de la mobilisation: «La révolte des retraites étrangle la France», titre le quotidien britannique, en évoquant «la confrontation» entre les syndicats et le président Emmanuel Macron. En Suisse, le dessinateur Chapatte, pour le journal Le Temps, ironise sur ce mouvement social à l’approche des fêtes de fin d’année et montre le patron de la CGT, Philippe Martinez, qui ne veut pas entendre parler de trêve, accusant le père Noël d’être un «briseur de grève». La presse étrangère, citée Courrier International, relève, dans son ensemble, l’unité syndicale de la fronde contre la réforme, saluant, à l’image du journal argentin Clarin, la présence de syndicats modérés et réformateurs, aux côtés des «plus durs», ou s’inquiétant, comme The New York Times, de la poursuite des grèves, qui pourraient «avoir un impact sérieux sur le moral des voyageurs dans tout le pays», en période de fêtes.

A noter également, la décision du pape François de lever le secret pontifical sur les abus sexuels au sein de l’Eglise. L’Osservatore Romano, le journal du Vatican, annonce que les informations sur les dénonciations, les procès et les verdicts concernant les agressions sexuelles seront désormais davantage rendues publiques. Une annonce largement commentée par la presse italienne. «Le pape veut que justice soit faite», titre La Repubblica, qui revient aussi à la Une, sur «le grand mouvement de protestation à Paris». Le journal italien voit dans la décision du pape «une accusation contre l’omerta dans beaucoup de diocèses» et rapporte que le Vatican annonce également la mise à la retraite du nonce en France, Luigi Ventura, accusé par au moins trois hommes d’agressions sexuelles et dont l’immunité diplomatique a été levée par le Vatican en juillet dernier, ouvrant ainsi la voie à des poursuites judiciaires. «Alleluia», ironise Il Manifesto. Le quotidien communiste parle d’une «décision historique, qui ouvre la voie à la collaboration du Vatican avec les magistrats étrangers».

Un mot de foot, pour terminer. Les quotidiens sportifs espagnols consacrent évidemment leur Une au Clasico entre le Barça et le Real Madrid de ce soir. Un match qui va se disputer dans un climat de grande tension, avec des appels à manifester autour du stade de Barcelone, par plusieurs organisations indépendantistes catalanes. D’où la volonté des quotidiens de dédramatiser le rendez-vous. «Ce n’est qu’un jeu… mais c’est le plus grand match du monde», annonce Marca, en citant Zinedine Zidane, l’entraîneur du Real Madrid. Bien évidemment, les Français, eux, sont à rebours. «Plus qu’un match», titre le quotidien sportif français L’Equipe.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse (du lundi au vendredi, à 7h20 et 9h20 heure de Paris). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.