Accéder au contenu principal

Journée internationale des migrants : de Tripoli à Paris, la situation se dégrade

Naufrage au large de la Méditerranée.
Naufrage au large de la Méditerranée. Reuters

La Journée internationale des migrants a lieu chaque année le 18 décembre, date de l'adoption en 1990 par les Nations unies d'une Convention internationale sur la protection des droits des travailleurs migrants. France 24 fait le point tout au long de ce mercredi sur la situation des migrants en France, en Europe et en Afrique.

Publicité

En 2000, les Nations unies instauraient le 18 décembre comme Journée internationale des migrants pour sensibiliser sur le sort des populations qui fuient leur pays. France 24 et InfoMigrants font le point ce mercredi sur la situation dans les pays de transit et d'arrivée.

Libye : les migrants, victimes du chaos à Tripoli 

Cette année, près de 660 000 migrants sont toujours en Libye, dont 4 500 dans des camps de rétention fermés, selon les chiffres de l'ONU. "Les conditions de vie y sont déplorables : surpopulation, manque d'eau, manque de nourriture, manque d'hygiène", explique Anne-Diandra Louarn, journaliste à InfoMigrants. Après les révélations de CNN sur la traite humaine en 2018, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a mis en place un programme d'évacuation des migrants pour les relocaliser dans des pays d'accueil, en Afrique, en Europe ou plus rarement au Canada. Pour autant, les migrants toujours sur place sont victimes de l'assaut lancé par le maréchal Haftar il y a quatre mois sur Tripoli.

Par ailleurs, il y a encore peu, les migrants secourus par des navires humanitaires devaient attendre des jours, voire des semaines en mer avant d’être autorisés à débarquer en Europe. Désormais, un pré-accord a été signé à Malte en septembre et il n’y a presque plus d’attente en mer, quelques jours tout au plus, mais il faut quand même souligner que cet accord est loin de répondre au problème. D’abord il ne concerne que quatre pays : l’Italie, Malte, la France et l’Allemagne. Et ensuite ce n’est censé être qu’une ébauche qui a vocation à être élargie à d’autres pays européens notamment la Grèce, l’Espagne et Chypre qui sont aussi en première ligne des arrivées de migrants

Depuis le début de l'année, seuls 13 % des 67 000 migrants irréguliers arrivés en Europe ont débarqué en Italie ou à Malte, contre 57 % en Grèce et 29 % en Espagne.

La Grèce est devenue cette année la principale porte d'entrée en Europe des demandeurs d'asile venant de la Turquie voisine. Le gouvernement grec a récemment annoncé le remplacement de camps insalubres sur les cinq îles grecques qui hébergent le plus de migrants, par des structures "fermées" d'une plus grande capacité.

France : le démantèlement du camp de La Chapelle, et après ?

Plus de 1 600 personnes ont été conduites vers des centres d’accueil ou d’hébergement, jeudi 7 novembre, après l'opération de démantèlement d'un vaste camp installé près de Porte de la Chapelle, à Paris. Depuis, une surveillance policière a été mise en place nuit et jour pour éviter que le camp se reforme. Mais selon les associations, l'évacuation n'a fait que déplacer le problème. Environ 1 500 personnes – familles, demandeurs d'asile ou réfugiés statutaires – errent toujours près des portes du nord de la capitale, dans des campements insalubres.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.