Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Le comportement indécent de casques bleus en Haïti"

Casques bleus déployés en Haïti
Casques bleus déployés en Haïti France 24

Dans la presse, ce mercredi 18 décembre, le vote final, aujourd’hui, à la Chambre des représentants américaine, sur l’impeachment de Donald Trump. L’ex-président pakistanais Pervez Musharraf condamné à mort par contumace. La troisième journée de mobilisation contre la réforme des retraites en France. Et le geste déplacé d’un petit ange.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan.


Dans la presse, ce matin, le vote final, aujourd’hui, sur l’impeachment de Donald Trump, à la Chambre des représentants. Sauf surprise, le président devrait être renvoyé en procès au Sénat.

La perspective de ce vote, outre la fureur de Donald Trump, qui est accusé d’abus de pouvoir et d’obstruction à la justice, provoque une avalanche de critiques chez ses partisans, qui accusent, eux, les démocrates, de chercher, par tous les moyens, à avoir sa peau depuis le début de son mandat. Mike Lester, dont on a trouvé le dessin sur Twitter, montre ainsi Nancy Pelosi, la chef des démocrates à la Chambre des représentants, déclarant au président qu’elle tente «depuis deux ans et demi de le faire destituer pour un coup de fil passé… en juillet dernier» au président ukrainien. Les détracteurs de Donald Trump, dont fait partie Tom Toles, du Washington Post, jubilent, eux, de le voir enfin acculé, cerné par le mur de mensonges qu’il a construit dès les premiers instants de son mandat.

Au Pakistan, la justice a condamné hier à mort par contumace l’ex-président Pervez Musharraf, pour «haute trahison». «L’ex-dictateur condamné à mort», titre Pakistan Today, qui ne lui a pas pardonné la suspension de la Constitution, et la mise en place de l’état d’urgence au Pakistan, en novembre 2007 - une mesure très impopulaire, prise au nom de la lutte antiterroriste. Si l’armée pakistanaise dénonce le verdict, le journal Dawn salue, lui, une décision «historique»: «Quand un ancien chef militaire est condamné à mort dans un pays qui a été soumis à la dictature la majeure partie de son existence, il s’agit d’une avancée remarquable», se réjouit le quotidien.

Dans la presse, également, ces révélations relayées par The Times, sur le comportement de casques bleus déployés en Haïti entre 2004 et 2017. Le quotidien britannique reprend une enquête, publiée initialement sur le site The Conversation, qui révèle que des soldats de la paix sont devenus les pères de centaines de bébés haïtiens, dont ils ont abandonné les mères, livrées à la pauvreté. Pour beaucoup d’entre elles, selon les recherches entreprises par une universitaire britannique, il s’agissait à l’époque de mineures, qui échangeaient des faveurs sexuelles contre de la nourriture ou quelques pièces de monnaie, tentant de survivre au chaos politique et aux catastrophes naturelles, dont le puissant séisme de 2010, qui a fait plus de 200 000 morts. D’après The Times, 10 de ces femmes ont décidé de poursuivre l’ONU pour faire établir des tests de paternité, et obtenir une aide financière pour élever leurs enfants.

La presse italienne revient largement, elle, sur la décision du pape François de lever le secret pontifical sur les abus sexuels au sein de l’Eglise. L’Osservatore Romano, le journal du Vatican, annonce que les informations sur les dénonciations, les procès et les verdicts concernant les agressions sexuelles seront désormais davantage rendues publics. «Le pape veut que justice soit faite», titre La Repubblica, qui voit dans la décision du pape «une accusation contre l’omerta dans de nombreux diocèses» et rapporte que le Vatican annonce également la mise à la retraite du nonce en France, Luigi Ventura, accusé par au moins trois hommes d’agressions sexuelles, et dont l’immunité diplomatique a été levée par le Vatican en juillet dernier. «Alleluia», ironise Il Manifesto. Le quotidien communiste parle d’une «décision historique, qui ouvre la voie à la collaboration du Vatican avec les magistrats étrangers».

Un mot enfin de la troisième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, hier, en France. Du côté des syndicats, la messe est dite: la mobilisation a été un énorme succès, avec près d’1,8 million de personnes rassemblées dans toute la France - un chiffre repris par L’Humanité, qui évoque une «vague populaire», montrant «le net refus» des Français de «sacrifier (leurs) vieux jours et, avec eux, la solidarité nationale». Libération évoque, lui, le chiffre de «centaines de milliers de personnes» - plus proche de celui du ministère de l’Intérieur, qui a comptabilisé près de 600 000 manifestants. Une mobilisation suffisante, en tout cas, pour «mettre le pouvoir sous pression», selon Libé. Face aux syndicats, le Premier ministre Edouard Philippe affiche, lui, sa «détermination totale» à réformer, pour la plus grande joie du Figaro, qui se réjouit de le voir rester droit dans ses bottes: face aux syndicats, «ce sera long, mais l’obstacle est franchissable».

Un mot, pour terminer, de la mésaventure de la petite Ella Legge, 5 ans, qui nous est racontée par The Independent. Cette petite Britannique, à laquelle on avait attribué le rôle d’un ange dans le spectacle de Noël de son école, s’est fait mal aux majeurs des deux mains, quelques minutes, seulement, après le début du spectacle et a passé, du coup, le spectacle entier les deux doigts levés - pour le plus grand embarras de ses parents…

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse (du lundi au vendredi, à 7h20 et 9h20 heure de Paris). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.