Accéder au contenu principal

États-Unis : après son impeachment, Donald Trump va être jugé au Sénat

Donald Trump quitte la Maison Blanche pour donner un meeting dans le Michigan alors que la Chambre des représentants débat de son impeachment imminent, le 18 décembre 2019.
Donald Trump quitte la Maison Blanche pour donner un meeting dans le Michigan alors que la Chambre des représentants débat de son impeachment imminent, le 18 décembre 2019. Kevin Lamarque, Reuters

Le président américain a formellement été accusé, mercredi soir, d’abus de pouvoir et d’obstruction au Congrès par la Chambre des représentants à majorité démocrate. Il devient le troisième président américain de l’Histoire à subir l’affront de l’impeachment. C’est au tour du Sénat à majorité républicaine d’organiser son procès en destitution.

Publicité

Donald Trump a désormais une place dans les livres d’histoire aux côtés d’Andrew Johnson et de Bill Clinton. Le point commun de ces trois présidents américains : tous ont fait l’objet d’un impeachment à la Chambre des représentants. Cette procédure bien spécifique est l’équivalent d’une mise en accusation ou d’une inculpation dans le monde judiciaire. À la différence près que même en cas d’acquittement au procès qui s’ensuit, elle reste associée à jamais au nom du locataire de la Maison Blanche.

Donald Trump, 45e président des États-Unis, a donc subi cet affront lors de son premier mandat. Les deux chefs d’accusation contre lui ont été adoptés, mercredi 18 décembre, après presque trois mois d’enquête sur l’affaire ukrainienne. Donald Trump a-t-il abusé de son pouvoir en faisant pression sur Kiev pour obtenir des enquêtes sur ses rivaux politiques ? La majorité démocrate a répondu oui. A-t-il entravé la bonne marche du Congrès en ne coopérant pas à l’enquête des commissions parlementaires ? Oui aussi.

L’issue du vote n’était pas une surprise. Nancy Pelosi, la patronne démocrate de la Chambre des représentants, n’aurait pas lancé la procédure fin septembre si elle n’était pas sure que son camp la suivrait. C’est plutôt le décompte du scrutin qui intéressait les observateurs mercredi soir. Le premier chef d'accusation, abus de pouvoir, a été validé par 230 voix contre 197. Celui d'entrave au Congrès a été adopté par 229 voix contre 198. Aucun républicain n'a voté pour l'impeachment du président. Côté démocrate, en revanche, quatre élus sont sortis des rangs : trois ont voté "non" à au moins un des deux chefs d'accusation. Une autre, la candidate aux primaires Tulsi Gabbard, a seulement répondu "présente".

"Pas d’autre choix"

Donald Trump, personnellement affecté, en témoigne la montagne de tweets qu’il a produits ces derniers jours, s'est consolé dans les bras de ses partisans lors d’un meeting dans l’État-clé du Michigan mercredi soir. "Pendant que nous créons des emplois et que nous nous battons pour le Michigan, la gauche radicale au Congrès est rongée par l'envie, la haine et la rage", a-t-il lancé. "Les démocrates essayent d'annuler le vote de dizaines de millions d'Américains", a-t-il ajouté. Plus tôt dans la journée, il avait dénoncé "une attaque" "contre l’Amérique" et "contre le Parti républicain".

Avant le vote, les élus ont passé la journée à débattre - ou faire semblant de débattre - dans l’hémicycle. L’occasion pour chaque camp d’asséner une fois de plus ses arguments. Les démocrates ne font que leur devoir constitutionnel face aux "actions dangereuses" du président qui se comporte comme un monarque, a estimé la speaker démocrate Nancy Pelosi. "Il ne nous a pas laissé d’autre choix" que l’impeachment, a-t-elle assuré, vêtue entièrement de noir comme pour accentuer la tristesse et la solennité du moment. À l'issue du vote, elle a même empêché son camp d'applaudir.

 

Donald Trump est victime d’une chasse aux sorcières qui a démarré dès le jour de son investiture, ont répondu les républicains prêts à en faire un martyr politique. Le représentant Barry Loudermilk a même tenté une comparaison biblique en critiquant le déroulement de la procédure : "Ponce Pilate a accordé davantage de droits à Jesus que les démocrates n’en ont accordé au président !"

"Martyr politique"

Les interventions, pour la plupart préparées à l’avance, ont parfois donné lieu à des échanges direct. Lorsque le républicain de l’Utah Chris Stewart a accusé les démocrates de voter l’impeachment car "ils pensent qu’Hillary Clinton devrait être présidente", le démocrate Jerry Nadler a pris le micro pour lui répondre : "Si le président Trump est mis en accusation et destitué, le nouveau président serait Mike Pence (l’actuel vice-président, NDLR), pas Hillary Clinton."

Un scénario qui a peu de chances d’arriver. À partir de début janvier, les républicains vont organiser un procès qui promet d’être expéditif qui devrait aboutir sans surprise à l’acquittement du président. Un acquittement qui n’effacera pas pour autant l’humiliation vécue ce mercredi. "Que le Sénat le destitue ou pas, c’est une autre histoire, ont balayé Andy et Rosie Singer, un couple de retraités venus manifester devant le Congrès. L’important, c’est que l’impeachment soit voté."

Selon Ed, un partisan de Donald Trump, c’est un jour triste pour l’Amérique. "Les démocrates d’aujourd’hui sont le plus grand ennemi que nous ayons eu", a-t-il écrit sur sa pancarte face au Capitole. "Donald Trump n’a fait que son devoir de président, a-t-il plaidé. On s’en souviendra comme du plus grand martyr politique de l’histoire mondiale." Ce quadragénaire en est certain, l’impeachment va regonfler ses supporters à bloc en vue d’une victoire en 2020.

Un piège pour les démocrates ?

Si tous les sondages de ces dernières semaines montraient une tendance similaire, à savoir un pays divisé sur des lignes partisanes au sujet de l’impeachment, une enquête publiée mercredi par l’institut Gallup est venue semer le doute chez les démocrates. Donald Trump y est crédité de 45 % d’opinions favorables, en hausse de six points par rapport au début de l’enquête fin septembre. Et les sondés ne sont plus que 46 % à appuyer l’impeachment et la destitution, contre 52 % fin septembre.

Nancy Pelosi, bien que soutenue par une majorité écrasante de démocrates, s’est-elle engouffrée dans un piège ? L’élection de novembre 2020 est encore bien trop loin pour le dire. Certes, les républicains ne vont pas manquer une occasion de rappeler le temps "perdu" par le camp adverse sur cet impeachment. Les démocrates, eux, vont tenter de prouver aux électeurs qu’ils ont buché sur d’autres dossiers bipartisans, comme l’accord commercial avec le Mexique et le Canada pour lequel un vote est programmé jeudi.

Pour un procès "équitable"

"Le cycle de l’information politique va tellement vite aux États-Unis que l’impeachment pourrait bien être déjà oublié depuis longtemps d’ici à l’automne prochain", relativise Kyle Kondik, politologue de l’université de Virginie. Il estime toutefois qu’à court terme, cet épisode va "aggraver la division politique de la nation".

Et ce n’est pas terminé : la séquence qui s’annonce lors du procès au Sénat, où les républicains vont prendre le contrôle de l’agenda tout comme du récit politique, promet d’être musclée. La preuve : il se murmure déjà que Nancy Pelosi compterait garder plus longtemps que prévu les articles d'impeachment aux mains de la Chambre avant de les transmettre au Sénat. Objectif : retarder l'acquittement déjà promis au président par les républicains tant que ces derniers ne s'engagent pas à un procès "équitable".

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.