Accéder au contenu principal

Réforme des retraites: le Medef n'était pas "demandeur"

Publicité

Paris (AFP)

Le Medef n'était pas demandeur de la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron, a souligné jeudi son président Geoffroy Roux de Bézieux, ajoutant qu'il fallait désormais la mettre en oeuvre de manière "équilibrée".

"Le paradoxe c'est qu'on était pas du tout demandeur de cette réforme. La retraite à point, c'est une vieille idée de la CFDT", et "c'était dans le programme du président de la République", a-t-il déclaré au micro de RMC/BFMTV.

Interrogé sur son soutien au projet gouvernemental, M. Roux de Bézieux a nuancé: "Ce n'est pas qu'on y adhère, c'est que maintenant qu'il est sur la table, il faut qu'il soit équilibré".

Après la présentation de projet par Edouard Philippe le 11 décembre, le président du Medef avait estimé que les propositions du Premier ministre représentaient un "bon équilibre" entre une "réforme redistributive" et la nécessité de "travailler plus longtemps".

"Moi j'aurais préféré, si on revient en arrière, avoir trois régimes: un régime fonctionnaires, un régime indépendants, un régime des salariés du privé, et chacun gère et paye ses cotisations", a-t-il toutefois indiqué jeudi.

Défendant l'instauration d'un âge pivot à 64 ans voulue par le gouvernement mais rejetée par l'ensemble des syndicats de salariés, M. Roux de Bézieux a toutefois jugé qu'on pouvait "le moduler en fonction de la durée de cotisation".

"Par exemple aujourd'hui si vous avez fait cinq trimestres avant 20 ans, vous pouvez partir plus tôt, ça peut être une piste. On peut aussi prendre en compte les travaux pénibles, la pénibilité", a-t-il ajouté.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.