Accéder au contenu principal

L'Arabie Saoudite accueille un festival de musique électronique

Publicité

Ryad (AFP)

Des dizaines de milliers de Saoudiens et Saoudiennes ont afflué pour assister à un festival de musique électronique, qualifié par ses organisateurs de plus grand événement du genre depuis que le royaume ultraconservateur a commencé à lever les restrictions sur les divertissements.

Une kyrielle de stars, des DJ néerlandais Tiesto et Martin Garrix à Black Coffee d'Afrique du Sud en passant par le Français David Guetta, sont programmées lors du festival "MDL Beast" lancé jeudi près de Ryad et qui doit durer trois jours.

"C'est le plus grand festival de musique de la région", a déclaré DJ Cosmicat, l'une des rares Saoudiennes à s'y produire.

"Le pays tout entier est en train de vivre un énorme changement", a-t-elle déclaré dans un communiqué publié par les organisateurs.

Le festival a attiré 130.000 spectateurs le jour de l'ouverture, selon les organisateurs, qui l'ont qualifié de "plus grand festival de musique, d'arts et de culture que l'Arabie saoudite ait jamais connu".

Dans le public, de nombreuses Saoudiennes non voilées ont assisté au concert, dans une ambiance festive.

Sous l'impulsion du prince héritier Mohammed ben Salmane, homme fort du royaume cherchant à le débarrasser de son image ultraconservatrice, l'Arabie Saoudite encourage l'essor des divertissements sur son territoire.

Le prince héritier a levé l'interdiction des cinémas et autorisé les femmes à conduire, tout en permettant les concerts mixtes et les évènements sportifs en tout genre.

L'assouplissement des normes sociales dans le royaume a été bien accueilli par de nombreux Saoudiens, dont les deux tiers ont moins de 30 ans.

La démarche a aussi en partie pour but de stimuler les dépenses intérieures alors que l'économie du royaume souffre de la baisse des prix du pétrole.

Les Saoudiens dépensent des milliards de dollars par an pour voir des films et visiter des parcs d'attraction dans les centres touristiques voisins, comme Dubaï et Bahreïn.

Mais cet assouplissement dans le royaume s'est accompagné d'une répression des opposants.

Les ONG ont dénoncé l'arrestation de journalistes, d'écrivains et de militants en novembre, ainsi que le procès en cours d'une douzaine de militantes féministes arrêtées depuis juin 2018.

Le royaume est scruté par la communauté internationale sur son bilan en matière de droits humains depuis l'assassinat, l'année dernière, du journaliste Jamal Khashoggi par des agents saoudiens dans le consulat de son pays à Istanbul.

En juillet, la rappeuse américaine Nicki Minaj s'est retirée d'un concert en Arabie saoudite, dans ce qu'elle a décrit comme un geste de soutien aux droits des femmes et des homosexuels dans le royaume.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.