Accéder au contenu principal

L’Autorité de la concurrence en France inflige à Google une amende de 150 millions d’euros

Le logo de Google dans les bureaux du géant américain à Bruxelles.
Le logo de Google dans les bureaux du géant américain à Bruxelles. Georges Gobet, AFP

L'Autorité de la concurrence a condamné, vendredi, Google à verser 150 millions d'amende pour un abus de position dominante sur le marché de la publicité liées aux recherches. Le gendarme de la concurrence a également enjoint le géant du web à "clarifier les règles de fonctionnement de sa plateforme publicitaire". Google a déjà annoncé faire appel.

Publicité

"Quand on a de grands pouvoirs, on a de grandes responsabilités", a estimé Isabelle De Silva, présidente de l'Autorité de la concurrence. Dans cette perspective, l’instance française a infligé, vendredi 20 décembre, 150 millions d'amende à Google pour un abus de position dominante sur le marché de la publicité liées aux recherches (Google Ads).

L'Autorité, qui n'avait encore jamais sanctionné le géant américain, a également enjoint à Google de "clarifier les règles de fonctionnement de sa plateforme publicitaire Google Ads et des procédures de suspension des comptes" de certains annonceurs.

>> À voir : GAFAM : faut-il démanteler les géants du web ?

"C'est la troisième sanction" la plus importante jamais prononcée pour abus de position dominante par l'Autorité de la concurrence, a précisé dans une conférence de presse Isabelle De Silva,

Google sommé de se conformer aux injonctions

"Il est parfaitement légitime qu'un opérateur comme Google ait des règles" d'accès à son service de publicité liées aux recherches, a-t-elle ajouté. "Mais il faut que ces règles soient claires (...), qu'elles ne soient pas à la tête du client" ou appliquées « de façon erratique", a-t-elle ajouté.

"La position dominante de Google est extraordinaire" sur le marché de la publicité liée aux moteurs de recherche, a-t-elle souligné. "On estime cette part de marché entre 90 et 100%, certains estiment qu'elle est plus proche de 95% que de 90 %", a-t-elle poursuivi.

Le flou sur les règles appliquées par Google vis à vis des annonceurs "a pu décourager le développement de sites innovants", a souligné l'Autorité de la concurrence dans son communiqué.

"Google devra présenter dans les 2 mois un rapport détaillant les mesures et procédures qu'elle compte mettre en œuvre pour se conformer aux injonctions", a précisé l'Autorité.

Le géant du numérique a déjà annoncé faire appel de la décision.

Avec AFP

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.