Accéder au contenu principal

PSG: Amiens, dernier obstacle d'une année marathon

Publicité

Paris (AFP)

Dernier match à gagner pour conclure en beauté une année 2019 très chargée : le PSG, leader de Ligue 1, termine sa phase aller contre Amiens samedi (20h45), avec l'envie d'éviter les blessures pour faire souffler au mieux les organismes lors de la trêve hivernale.

"C'est une semaine très intensive pour nous parce qu'on joue trois matches tous les trois jours. Nous sommes dans un bon moment, c'est important de gagner ce dernier match mais cela va être difficile", a prévenu l'entraîneur parisien Thomas Tuchel lors de la conférence de presse d'avant-match.

Paris, leader confortable en L1 avec 7 points d'avance tout en étant toujours engagé dans les autres compétitions, va-t-il poursuivre son "turn-over" contre le club picard (17e, 17 pts) ?

Lors du 8e de finale de Coupe de la Ligue contre Le Mans (4-1) mercredi, Tuchel a par exemple été contraint de ménager plusieurs de ses cadres à l'image de la superstar Neymar, le capitaine Thiago Silva, le gardien Keylor Navas, ou encore le latéral Juan Bernat.

Confronté à une importante cascade de blessures musculaires depuis le début saison, Thomas Tuchel sera privé "seulement" d'Edinson Cavani et de Presnel Kimpembe contre Amiens grâce aux retours d'Idrissa Gueye et d'Abdou Diallo, malade cette semaine.

- Tuchel veut plus de changements en match -

En cause ? Le calendrier infernal imposé par les différentes instances aux clubs et aux joueurs internationaux, selon l'entraîneur parisien.

"Je pense qu'on joue trop, avec 20 équipes dans le championnat, deux coupes et la Ligue des champions. Les équipes nationales aussi, avec beaucoup de tournoi comme la Copa America, la CAN, l'Euro... Ils veulent aussi créer un championnat du monde des clubs, c'est beaucoup", a-t-il fustigé.

Le technicien allemand a notamment pris l'exemple de Liverpool, contraint d'aligner mardi l'équipe réserve en Coupe de la Ligue anglaise pour cause... de Mondial des clubs à Doha (Qatar) à partir de mercredi !

"Je pense vraiment que les supporters d'Aston Villa, certes contents d'avoir gagné (5-0), étaient au stade pour voir un match contre (Mohamed) Salah, (Virgil) Van Dijk, ou (Sadio) Mané. Si on veut voir des matches de qualité, il faut protéger les joueurs", a-t-il encore souligné.

Quelle est la solution à proposer ? "Avoir plus de possibilités de changements au cours d'un match", estime Tuchel, alors que la règle en vigueur limite actuellement le nombre de remplacements à trois par match.

- Reprise le 2 janvier -

"Pour moi, c'est une solution facile. On peut rester avec trois changements mais faire rentrer deux joueurs (par changements au lieu d'un seul), cela fait six joueurs. J'accepterais aussi un schéma à deux, deux, un, pour avoir cinq joueurs", a détaillé Tuchel.

"Cela nous aiderait beaucoup à protéger les joueurs-clés, ceux qui sont attendus par tous ceux qui sont au stade. Cela va avoir beaucoup d'avantages, pas seulement pour les grandes équipes", a-t-il ajouté.

Une fois retenti le coup de sifflet final au Parc des Princes, les joueurs parisiens auront encore quelque obligations médiatiques avant de pouvoir partir en vacances. Sont-ils pressés de s'envoler aux quatre coins du monde pour passer les fêtes de fin d'année avec leurs proches ?

"J'ai entendu une histoire sur Romario (ancienne gloire du FC Barcelone entre 1993 et 1995, ndlr) qui est sorti en cours de match avec le Barça pour aller au Brésil. On ne va pas faire de choses comme ça (rires)", a plaisanté le tacticien allemand.

Pour la reprise, prévue le 2 janvier, Tuchel veut des joueurs "dans le meilleur état d'esprit". Car un nouveau marathon de matches attend ses troupes, entre cinquantième anniversaire du club et conquête européenne à poursuivre en février.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.