Accéder au contenu principal

Espagne: vainqueur au Bétis, l'Atlético remonte la pente à petits pas

Publicité

Madrid (AFP)

L'Atlético remonte la pente: après un automne bien morose, les Madrilènes ont enchaîné leur troisième victoire consécutive toutes compétitions confondues dimanche sur le terrain du Bétis Séville (2-0) pour la 18e journée de Liga, et remontent à la 4e place.

La performance mitigée de Thomas Lemar, titulaire complètement transparent dimanche à Séville, aura indirectement fait basculer le match: l'international français est sorti à la 56e minute sans un regard pour son coach, et a été remplacé par Angel Correa... qui a ouvert le score sur son premier ballon, deux minutes plus tard (58e).

L'Argentin est monté au pressing sur Alex Moreno, puis a éliminé Joel Robles d'un crochet, avant d'offrir une passe décisive à Alvaro Morata, qui a signé le but de la victoire sur une jolie Madjer (talonnade vers le but) à la 83e.

Un succès qui fait beaucoup de bien aux Colchoneros: menacés d'expulsion des places qualificatives pour les compétitions européennes il y a trois semaines après le revers contre le Barça au stade Wanda-Metropolitano (1-0), les hommes de Diego Simeone, lui aussi sur un siège éjectable il y a trois journées, se sont repris pour assurer leur présence dans le top 4 avant la trêve.

Leur match contre le Bétis, modeste 13e provisoire du championnat d'Espagne, n'a rien d'exceptionnel. Mais les Madrilènes ont confirmé qu'ils sont en train de retrouver toute leur efficacité offensive, après être restés bien silencieux face au but depuis mi-novembre.

Buteur, Morata aurait pu encore plus saler la note, mais son but de la tête a été annulé pour une position de hors-jeu (8e) et son face-à-face avec le gardien du Bétis Joel Robles (35e) a tourné à l'avantage du portier andalou, qui a détourné du bout des doigts la frappe de l'attaquant de l'Atlético sur son poteau.

Mais ce 2-1 est déjà lourd pour les Sévillans, qui ont longtemps inquiété la formation madrilène, portés par un Nabil Fékir omniprésent.

L'ex-milieu offensif de Lyon, arrivé à Séville l'été dernier, a tout fait en première période, s'attelant aux tâches défensives et multipliant les dribbles (10e, 24e), les centres dangereux (12e) et les frappes, à l'image de ce tir enroulé dans la surface, repoussé par un défenseur (26e).

Le but de Marc Bartra, dans le temps additionnel (90e+3), arrivera trop tard: le Bétis s'enlise pour finir 2019, et les rouge et blanc offrent un joli cadeau à leurs supporters avant la trêve de Noël.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.