Accéder au contenu principal

Manifestants et policiers s'affrontent à Hong Kong malgré Noël

Des manifestants antigouvernementaux sont gênés par les gaz lacrymogènes tirés lors d'une manifestation dans le quartier de Tsim Sha Tsui à Hong Kong, le 24 décembre 2019.
Des manifestants antigouvernementaux sont gênés par les gaz lacrymogènes tirés lors d'une manifestation dans le quartier de Tsim Sha Tsui à Hong Kong, le 24 décembre 2019. Tyrone Siu, Reuters

Hong Kong a été secoué, mercredi, par des heurts sporadiques entre des militants pro-démocratie et des policiers anti-émeutes. Carrie Lam, cheffe de l'exécutif, a condamné ces heurts, qui ont, selon elle, "gâché l'ambiance festive". 

Publicité

Pas de trêve de Noël à Hong Kong. Des heurts sporadiques ont éclaté mercredi 25 décembre entre militants pro-démocratie et policiers anti-émeute, au lendemain de violents affrontements condamnés par le pouvoir pro-chinois, qui a accusé les "émeutiers irresponsables et égoïstes" d'avoir gâché les festivités de Noël.

"De tels actes illégaux ont non seulement gâché l'ambiance festive, mais ont également porté préjudice au commerce local", a fustigé mercredi sur son compte Facebook la cheffe de l'exécutif hongkongais, Carrie Lam.  

平安夜,人人都希望歡度佳節,可惜,暴徒又四出破壞,市民大感無奈,在港過節的遊客更感掃興。暴徒的惡行令今年的聖誕佳節未能普天同慶,也令本來稍為轉好的市道蒙上陰影。 自私的暴徒在節日期間漫無目的地進行破壞,完全罔顧其他人的權利和自由,特區政府...

Publiée par 林鄭月娥 Carrie Lam sur Mercredi 25 décembre 2019

À Mong Kok, un quartier commercial théâtre de fréquents affrontements au cours des six derniers mois, la police a fait usage massivement de gaz lacrymogène pour disperser la foule qui prenait à partie les policiers, a constaté un journaliste de l'AFP. 

Du gaz au poivre a également été utilisé dans au moins deux centres commerciaux, lors de heurts entre la police et les manifestants. De nombreux jeunes protestataires ont été arrêtés, certains par des policiers en civil qui s'étaient mêlés à la foule, selon des images diffusées en direct par les télévisions locales.

>> À lire aussi : Contestation à Hong Kong : manifestation massive pour les 6 mois de mobilisation

Toutefois, les heurts de mercredi ont été moins violents que ceux de la veille, qui ont mis aux prises pendant plusieurs heures des centaines de militants vêtus de noir aux forces de l'ordre, dans un des quartiers les plus animés de la ville. 

Depuis un mois, la mobilisation s'était essouflée 

À Hong Kong, théâtre depuis juin de la crise la plus grave qu'ait connue l'ex-colonie britannique depuis sa rétrocession à Pékin en 1997, la violence avait baissé d'intensité depuis un mois. 

Mais des appels ont depuis été lancés sur Internet à des actions coup de poing pendant la période de Noël et du Nouvel An, ciblant en particulier les quartiers où se concentrent les boutiques et grands magasins.

Recul du PIB de 3,2 %

Le mouvement est né d'un projet de loi qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine continentale. L'exécutif local pro-Pékin a renoncé à ce projet, mais les manifestants ont élargi leurs revendications pour obtenir des élections libres et plus de démocratie face à une mainmise grandissante de Pékin.

À Hong Kong, où vit une importante communauté chrétienne, la soirée de Noël est traditionnellement très animée dans les bars et autres commerces.

Le mouvement a eu un impact sur le tourisme et l'économie de la place financière, entrée en récession au troisième trimestre pour la première fois depuis dix ans, le PIB s'inscrivant en recul de 3,2%. 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.